facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
32 - L'adoption de la loi sur la fin de vie

32 - L'adoption de la loi sur la fin de vie

07-05-2015 à 21:14:45

Nous avons peine à digérer (25/03/2015) : l’adoption de la loi sur la fin de vie

Le 17 mars 2015, le Parlement a adopté la loi sur la fin de vie (Actuailes n°29), qui apparaît comme un pas de plus vers la légalisation de l’euthanasie. En effet, cette loi permet désormais d’arrêter de donner un traitement à un malade dans le cas où cela semblerait inutile au regard de son état. Cela pose plusieurs problèmes : il est parfois difficile de connaître l’efficacité ou non d’un traitement, notamment quand le malade est dans le coma. Surtout, la nutrition et l’hydratation artificielles (par perfusion) sont considérées par cette loi comme des traitements, alors qu’il s’agit d’un droit. Si une personne n’est plus nourrie et hydratée, sous prétexte qu’elle est dans un état très grave, elle mourra irrémédiablement ; tout cela ressemble à de l’euthanasie déguisé.

 

 La loi sur la fin de vie autorise aussi un traitement qui s’appelle la « sédation profonde et continue » : il s’agit de donner des médicaments à une personne très gravement malade pour atténuer ses douleurs mais aussi pour la rendre inconsciente dans le but de lui permettre de mourir tranquillement : elle est plongée dans une sorte de coma et le personnel médical cessera peu à peu de lui donner des soins. Le danger est de donner ce traitement à des malades qui ne le voudraient pas, ou alors qu’on choisisse cette solution très pratique sans chercher à savoir s’il est possible de guérir la maladie. Dans certains cas, les médecins auront la lourde charge de décider de maintenir une personne en vie ou pas ; ils auront droit de vie ou de mort sur certains malades.




Imprimer