facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
32 - L'opération Sentinelle est prolongée

32 - L'opération Sentinelle est prolongée

07-05-2015 à 20:59:24

 

Se forger sa propre opinion (25/03/2015) : l’opération Sentinelle est prolongée

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment annoncé la prolongation jusqu’à l’été du dispositif de protection du territoire mis en place à la suite des attentats terroristes de janvier. Cette mission mobilise au total 10 000 militaires : 3000 assurant la protection de 78 sites dans le cadre de l’opération Vigipirate qui existe depuis 2003 (voir Actuailes n°28) (surveillance des gares, des aéroports, des sites touristiques…) et 7000 déployés dans « l’opération Sentinelle » pour la protection de 604 sites confessionnels (c’est-à-dire qui sont rattachés à une religion, comme les écoles juives, les synagogues ou les mosquées).

Par ailleurs, les niveaux de vigilance du plan Vigipirate restent eux aussi inchangés : niveau « alerte attentat » en région Ile-de-France et dans les Alpes-Maritimes, et « vigilance renforcée » pour le reste du territoire. Ces niveaux sont en théorie prolongés chaque semaine, mais le gouvernement a annoncé qu’ils seront étendus au moins jusqu’au 10 avril et vraisemblablement pour plusieurs mois.

 

Quelles sont les conséquences de cette prolongation ?

Depuis 2008, plusieurs décisions des présidents de la République (Nicolas Sarkozy et François Hollande) ont provoqué la baisse régulière du nombre de militaires dans les armées. Avec une mission très prenante comme l’opération Sentinelle, les soldats ne sont plus assez nombreux pour continuer à se former, s’entraîner et à progresser dans leur métier: dans de très nombreux régiments (lieux où sont regroupés les soldats de l’armée de terre), tous les entraînements et les exercices de tir ont été annulés, et les soldats envoyés dans les villes pour monter la garde devant synagogues et mosquées. Seuls les militaires se préparant à aller combattre au Mali, en Irak ou au Tchad ont pu continuer leur entraînement.

Au regard de ces conséquences négatives, le chef d’état-major des armées, le général d’armée Pierre de Villiers, a dit que si les diminutions d’effectif continuaient, les armées pourraient ne plus être capable de remplir leurs missions à l’étranger dans les prochaines années.

Face à cette situation, le président de la République a décidé de ralentir la diminution des effectifs des armées mais le chiffre définitif n’est pas encore connu.

Au-delà de ces faits, une question surgit : est-il sage de diminuer sans cesse le nombre de militaires alors que le monde semble dangereux et que des terroristes s’attaquent à notre territoire ?

Parmi les pays les plus riches, seuls les pays européens continuent à diminuer la taille de leur armée, alors que les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et l’Iran continuent à accroître et moderniser leurs armées.

Le savais-tu ?

De 2008 à 2014, environ 54 000 postes de militaires ont été supprimés dans les armées françaises.  Au total, les armées françaises comptent environ 215 000 militaires (armée de terre, marine, armée de l’air).




Imprimer