facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Rentrée des classes à Jérusalem

Rentrée des classes à Jérusalem

18-09-2018 à 23:16:00

Pour Firas, Yacoub et Nour, comme pour vous, fidèles lecteurs d’Actuailes, septembre est synonyme de rentrée des classes.

 

Mais à la différence de la France, pour nos trois amis qui la font à Jérusalem, cette rentrée a un parfum de victoire ; en effet, chrétiens en Israël, ils n’étaient pas certains, il y a encore quelques semaines, de pouvoir recevoir un enseignement chrétien dans leur pays.

L’État d’Israël, qui insiste sur le caractère juif de son pays, ne voit pas d’un très bon œil la floraison et le dynamisme de la centaine d’écoles chrétiennes en Terre sainte. Une série de lois et de taxes sur les institutions chrétiennes faisait craindre une fermeture de nombre de ces écoles. Or, plus de 30 000 élèves et étudiants les fréquentent. De grandes manifestations rassemblant toutes les communautés catholiques et orthodoxes et la fermeture de la basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le plus symbolique (et le plus touristique) des lieux de culte chrétiens en Palestine, ont fait plier l’État et la mairie de Jérusalem.

En se développant, la patriarcat latin de Jérusalem a souvent construit des écoles avant même d’édifier des églises afin d’apporter une véritable éducation chrétienne au plus près des fidèles du diocèse. Chrétiennes, ces écoles sont ouvertes à tous et accueillent des professeurs et de nombreux enfants de familles musulmanes qui y voient une force et une richesse pour leur pays.

Vous, les lecteurs d’Actuailes, savez combien le Proche-Orient est en crise et en transformation. La guerre qui sévit en Syrie et au Yémen, les troubles en Israël menacent directement nos frères chrétiens, nos aînés dans la foi, témoins vivants des premiers temps de l’Église ! Aujourd’hui, les écoles peuvent ouvrir, mais rien n’est définitivement acquis. Alors à l’occasion de cette rentrée, entre cartables et protège-cahiers, retrouvailles et emploi du temps, ayons une pensée pour Firas, Yacoub et Nour que nous devons soutenir par la prière afin qu’ils conservent leur place et construisent un avenir de paix en Terre sainte.

 

Mélicène Syphore

 

 

 Actuailes n° 88 – 19 septembre 2018

 

 

 

 

 

 




Imprimer