facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Sauvons notre patrimoine

Sauvons notre patrimoine

19-09-2018 à 06:06:00

« Heureux comme Dieu en France », voilà une expression de nos voisins allemands qui nous redit toute la chance que nous avons de vivre dans notre pays

 

Cuisine, paysages, climat attirent de nombreux touristes. La France est d’ailleurs le pays qui en accueille le plus dans le monde, plus de 80 millions de visiteurs chaque année. Mais ce que le monde nous envie le plus, ce sont nos monuments : églises, châteaux, fontaines ou ruines romaines. Malheureusement, certains sites sont en très mauvais état. C’est la raison pour laquelle le président de la République a désigné Stéphane Bern, un animateur de télévision, pour sauver ces bijoux qui font notre fierté et notre identité. Une église qui s’écroule, c’est un village qui perd son âme.

Un patrimoine extraordinaire, mais en danger

Qui dans le monde ne connaît pas le Louvre, le château de Versailles ou Notre-Dame de Paris ? Qui n’a jamais rêvé de se promener le soir au mont Saint-Michel ou dans le vieux Strasbourg ? Mais derrière ces monuments très connus se cachent des bijoux qui menacent de tomber en ruine. Une mission a donc été confiée à Stéphane Bern afin d’identifier, tout d’abord, les chefs d’œuvre en péril. Deux mille sites en danger ont été recensés. Le montant estimé des travaux est de 2,5 milliards d’euros. Il s’agit d’abbayes, d’églises, d’orgues, de cloches, d’usines, d’ateliers, de châteaux, de fermes, d’écoles, de fontaines, de moulins… que l’on peut découvrir sur le site missionbern.fr. Certains sites sont situés outre-mer, une quinzaine au total, dont quatre en Guyane, par exemple.

Un besoin de trouver de l’argent

Maintenant que l’on sait combien vont coûter les travaux, il s’agit de trouver de l’argent. Et là commencent les difficultés, car l’État essaie de faire des économies et que les familles ont déjà beaucoup de choses à payer. Alors où trouver l’argent ? Stéphane Bern a donc dû imaginer des solutions originales et de là a germé l’idée d’une loterie. Le succès fut au rendez-vous. Ainsi, 20 % des tickets de ce loto spécial ont été vendus en dix jours, un record historique. Au final, 2,5 millions de Français ont acheté un ticket, soutenant ainsi notre patrimoine, mais aussi dans l’espoir de gagner le gros lot : 13 millions d’euros ! Ce sont 3,5 millions d’euros qui vont ainsi financer les deux cent soixante-dix monuments sélectionnés, choisis car emblématiques. Mais ce n’est pas tout. Des entreprises ont décidé de faire de gros chèques pour cette bonne cause. Et certains sites, comme l’Élysée, par exemple, ont décidé de vendre des produits pour recueillir l’argent nécessaire à leurs travaux.

Chaque Français doit se sentir concerné

Ce patrimoine nous a été transmis par nos ancêtres. Ils l’ont construit, protégé et entretenu afin que nous puissions l’admirer et en profiter. Nous devons donc faire de même afin que les futurs Français n’admirent pas que des ruines. À chacun donc de se sentir concerné par ce qui constitue notre identité et pas uniquement par les pierres. Bien parler français, lire de beaux livres ou encore cuisiner nos spécialités si succulentes, c’est contribuer à sauver notre patrimoine. Alors à nous de jouer !

 

Le savais-tu ?

C’est François 1er qui, en 1530, instaure la première loterie. Mais les Français ne vont pas vraiment mordre à l’hameçon. Les jeux de hasard (loto ou autre) vont se développer il y a cinquante ans et connaître un grand succès. Toutefois, attention : il y a seulement une chance sur 30 millions de gagner le gros lot du loto. Et beaucoup de Français dépensent de grosses sommes d’argent au point de perdre la raison. Cela ressemble parfois à une drogue…

 

12 513 milliards d’euros

La valeur de notre patrimoine national (la somme qu’il faudrait payer pour racheter tout ce qui appartient aux Français) est estimée à 12 513 milliards d’euros, un chiffre multiplié par deux en trente ans. Ce sont les familles qui en détiennent les trois quarts.

 

Julien Magne

 

 Actuailes n° 88 – 19 septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Imprimer