facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Acrobate à la boule – Pablo Picasso (1881-1973)

Acrobate à la boule – Pablo Picasso (1881-1973)

03-10-2018 à 06:15:04

Carte d’identité de l’œuvre

Date : peint en 1905

Taille : 147 cm × 59 cm

Technique : Huile sur toileLieu

d’exposition : The Pushkin State Museum of Fine Arts, Moscou (Russie)Peinture moderne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juchée sur un ballon, une jeune acrobate toute menue s’entraîne à ne pas tomber. Ses bras levés lui servent de balancier et l’on voit bien, à son buste penché, que l’exercice n’est pas simple. Elle esquisse néanmoins un sourire, signe peut-être qu’elle ne réussit pas si mal. Quelle grâce dans son geste ! Comme ses mains sont fines et gracieuses !   

Devant elle, un homme à la musculature puissante est assis de trois quarts sur un cube dont on ignore l’usage et la matière. Supervise-t-il l’entraînement ? Est-il juste au repos ? Son visage, de profil, est fermé, le regard sombre est perdu dans le vague, sans joie. C’est même une grande mélancolie qui se dégage du personnage.

L’apparence massive du saltimbanque1 et de son siège de fortune, bien ancrés dans le sol, contraste avec la mobilité et la fragilité de la jeune fille sur son ballon.

Trois couleurs dominent dans ce tableau : les bleus, que l’on retrouve en bleu gris sur le justaucorps de l’acrobate, en bleu plus vif sur le tissu dont le bas du corps de l’homme est enveloppé. Puis les roses, allant jusqu’à l’ocre, au premier plan et dans les lointains. Les gris complètent cette palette et servent à marquer les ombres.

En retrait, une femme porte un enfant dans les bras, un autre marche à ses côtés, un chien les accompagne. Ces trois personnages ne sont que des silhouettes, mais ils ont leur place dans le tableau, signifiant que toute une famille vit ici, au moins pour un temps, dans ce lieu qui semble pourtant si isolé.

En arrière-plan, le paysage est désertique, les tons sont pierreux. Aucune végétation, quelques taches vertes suggèrent que le cheval blanc se nourrit d’une herbe peu abondante. Le rôle de l’animal est certainement de tirer la charrette qui permet aux artistes d’aller de ville en ville montrer leur spectacle.

 

 

 

 

Jusqu’au 6 janvier 2019, le musée d’Orsay et le musée Picasso organisent une exposition autour des périodes rose et bleue du peintre.

 

 

 

 

 

Les 13 et 14 octobre, un week-end « Picasso circus » propose des spectacles de cirque, des ateliers, des visites. Programme complet sur www.musee-orsay.fr

 

 

 

 

Sophie Roubertie

 

Actuailes n° 89 – 3 octobre 2018

 




Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire