facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Premier bilan du grand débat

Premier bilan du grand débat

19-03-2019 à 21:52:00

Face à la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a lancé le 15 janvier un grand débat national. Il s’agissait alors de trouver une réponse politique à la colère exprimée par 
de nombreux Français. Ce débat s’est achevé vendredi dernier. Quel premier bilan en tirer ?

 

Les chiffres de la consultation

Un site internet a été créé afin de recevoir les contributions de tous les Français. De nombreuses réunions furent également organisées pour les écouter et débattre. Enfin des cahiers de doléances ont été installés dans des lieux publics, par exemple dans des mairies. Après deux mois de fonctionnement, plus de 1,8 million de contributions ont été enregistrées, venant d’environ 450 000 personnes. Plus de 10 000 réunions ont été enregistrées et 16 000 cahiers citoyens remplis. Parmi cette masse d’informations récoltées, le gouvernement va désormais prendre le temps d’analyser, puis d’y piocher des réponses concrètes aux problèmes des Français.

Des réserves

Ce succès annoncé appelle quelques remarques. Tout d’abord, les Français ne se sont pas passionnés pour le grand débat en dépit d’une grande publicité. Plus de deux tiers de nos concitoyens pensent d’ailleurs que le débat ne débouchera pas sur des mesures utiles. Les réunions ont souvent eu lieu dans des salles à moitié vides. De plus, ce sont en majorité des personnes très éloignées des Gilets jaunes qui y ont participé. Ainsi, les classes populaires, les habitants des campagnes et les jeunes se sont massivement abstenus. Finalement, il ressort que ce sont surtout des soutiens d’Emmanuel Macron qui se sont exprimés.

La suite

Le président Macron s’est personnellement investi dans le débat. Il s’est laissé un mois pour trancher sur des propositions concrètes. D’ici mi-avril, des conférences régionales doivent encore avoir lieu. Composées de personnes tirées au sort, elles peinent à recruter. En effet, neuf Français sur dix refusent l’invitation. Il y aura également un débat au Parlement. La balle est donc désormais dans le camp du gouvernement qui aura la lourde tâche de donner des réponses à de nombreux Français qui se sentent abandonnés. Espérons pour notre pays que ce ne sera pas un rendez-vous manqué.

 

Julien Magne

 

Actuailes n° 97– 20 mars 2019


débat national


Imprimer