facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Mali : Cent cinquante civils massacrés

02-04-2019 à 23:08:53

Samedi 23 mars dernier, au petit matin, une centaine d’hommes habillés en tenue traditionnelle des chasseurs dogons sont entrés dans le village peul de Ogossagou dans le centre du Mali 
et ont massacré méthodiquement tous les civils 
du village qu’ils ont pu trouver.

Des femmes, des enfants et des vieillards, pour la plupart, ont péri brûlés dans les cases incendiées ou sous les balles. La milice responsable de cette tuerie est une milice pro-gouvernementale d’ethnie dogon, soutenue et armée par le gouvernement de Bamako. Devant le choc qui a traversé tout le pays et les pressions de ses soutiens internationaux – notamment la France – le gouvernement malien a annoncé le limogeage du chef d’état-major de l’armée malienne ainsi que du colonel-major de l’armée de Terre. La milice a été officiellement dissoute, ce qui ne suffit pas à rassurer la communauté peule qui se sent abandonnée par le pouvoir central.

Cette communauté, majoritairement composée d’éleveurs, est l’ethnie de recrutement privilégiée des mouvements djihadistes dans la sous-région. Le Mujao, groupe terroriste particulièrement actif dans le centre du pays, est composé majoritairement de Peuls.

Ce massacre sans précédent dans l’histoire récente du Mali est à resituer dans la guerre séculaire pour les ressources qui oppose, de la Mauritanie au Soudan, les éleveurs à la recherche de pâturages et de points d’eau, de plus en plus rares, et les agriculteurs sédentaires.

Le peuple peul, ou foulani, attire particulièrement la haine des peuples sédentaires, car ils ont longtemps dominé et opprimé ces derniers, notamment durant les différents djihads du XIXe siècle qui embrasèrent la bande sahélienne de l’actuelle Guinée jusqu’au lac Tchad. Cette expansion sera stoppée net par l’arrivée des colons à la fin du siècle, permettant la libération des agriculteurs de la domination peule et l’arrêt de l’expansion musulmane dans la région.

 

 

Sacha Balbari

 

Actuailes n° 98 – 3 avril 2019

 


mali


Imprimer