facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Brexit or not Brexit

Brexit or not Brexit

30-04-2019 à 17:57:00

Telle pourrait être la question que tous les Européens se posent actuellement – au premier rang desquels les Britanniques eux-mêmes tant le feuilleton de leur sortie de l’Union européenne connaît de rebondissements.

 

Revenons un peu en arrière pour essayer d’y voir plus clair. C’est au cours d’un référendum en 2016 que les Britanniques votent pour une sortie de l’Union européenne – prévue par l’article 50 de la constitution européenne. Débute alors un marathon de négociations pour définir clairement à quelles conditions le Royaume-Uni sortira de l’Europe.

Au prix d’âpres débats à Bruxelles, les deux parties trouvent enfin un accord mi-novembre 2018. Mais l’accord négocié avec difficulté par Theresa May, Premier ministre britannique, n’est pas accepté par le Parlement qui refuse les conditions, les trouvant trop défavorables à leur pays : c’est un premier vote contre à la Chambre des communes mi-janvier 2019.

Le compte à rebours est alors déclenché : il faut tomber d’accord avant fin mars 2019. Et le défi paraît difficile à relever tant Theresa May doit affronter les critiques au sein même de son propre parti. Le spectre d’une sortie sans accord plane désormais de plus en plus sur l’Europe. Et cette issue serait la plus défavorable tant aux Européens qu’aux Britanniques.

Se sentant acculée et lâchée de toutes parts, le Premier ministre britannique demande un report à Bruxelles alors que, le 29 mars – date butoir officielle –, le projet d’accord est rejeté pour la troisième fois. Dans le même temps, près d’un million de Britanniques demandent, dans les rues de Londres, un nouveau référendum. Comme le Royaume-Uni demande un délai de vote supplémentaire jusqu’au 22 mai et envisage une participation aux élections européennes, les chefs de gouvernements européens lui donnent jusqu’au 31 octobre pour voter l’accord et enfin mettre en œuvre la sortie de l’Union.

Ces trois derniers mois ont donc été plus que rocambolesques et rien ne garantit que la situation sera plus favorable à l’automne prochain.

To be continued…

 

 

Karl-Wilhelm von Lüneth

 

Actuailes n° 99 – 1er mai 2019


brexit


Imprimer