facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Les élections européennes à la loupe

Les élections européennes à la loupe

29-05-2019 à 06:45:00

Comme Actuailes l’expliquait dans le n°100, les élections du Parlement européen 
se sont achevées dimanche dernier. Passons ces élections à la loupe pour mieux 
les comprendre. Cinq chiffres pour résumer.

 

427 millions C’est le nombre d’électeurs des vingt-huit pays de l’Union européenne qui étaient appelés aux urnes. Ce qui fait de cette élection la deuxième plus importante au monde après les élections législatives indiennes qui mobilisent 900 millions d’électeurs !

52 % C’est le taux de participation de cette édition des Européennes. C’est donc à peine plus d’un électeur sur deux qui est allé voter. Cela paraît peu mais c’est quand même une hausse significative par rapport aux élections de 2014 qui n’avait mobilisé que 42 % des électeurs – le premier vote européen en 1979 avait mobilisé 62 % des Européens.

751 C’est le nombre députés qui ont été élus dimanche dernier. Bien que les Britanniques aient été appelés à voter – faute d’accord sur le Brexit – ils n’auront pas de députés au Parlement européen. Les soixante-treize sièges britanniques seront supprimés et une partie redistribuée aux autres États membres. Ainsi la France passe de soixante-quatorze à soixante-dix-neuf sièges. L’Allemagne bénéficie de quatre-vingt-seize sièges et Chypre, le Luxembourg et Malte de six sièges.

C’est le nombre de jours sur lequel s’est déroulé ce scrutin. En effet, tous les pays n’ont pas voté dimanche – même si vingt et un pays membres, dont la France, l’ont fait ainsi. Le Pays-Bas et le Royaume-Uni ont voté jeudi ; la République Tchèque vendredi et samedi ; la Lettonie, Malte et la Slovaquie samedi. L’Italie clôt cette élection en fermant ses bureaux de vote dimanche à 23 heures.

C’est le nombre de pays de l’Union où le vote est obligatoire : la Belgique et la Grèce. Ne pas voter dans ces pays est passible d’une amende. Dans les faits, ces sanctions ne sont pas appliquées. Mais, en Grèce, les abstentionnistes ont par la suite des difficultés à effectuer des démarches administratives.

 

Au bilan de cette élection européenne, on retiendra que c’est le PPE (Parti populaire européen, alliance des partis de centre droite) qui l’emporte, mais avec un score de 24 % en baisse par rapport à 2014. En deuxième position, les socialistes et démocrates ont 20 % des sièges. Mais c’est surtout la percée significative des partis écologistes qui donnera la tendance du futur Parlement européen.

 

Carl-Wilhelm von Lüneth

 

Actuailes n° 101 – 29 mai 2019

 


élections européennes 2019


Imprimer