facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L’électroencéphalographie

L’électroencéphalographie

29-05-2019 à 07:03:34

L’activité du cerveau fascine depuis toujours les savants. Chacun voudrait comprendre 
le moindre détail de son fonctionnement. L’électroencéphalographie permet d’en suivre l’activité. Mais qu’est-ce exactement ?

 

À l’origine

Des scientifiques anglais puis allemands au début du XXe siècle découvrent que les neurones (les cellules du système nerveux spécialisées dans la communication et le traitement d’informations) produisent une activité électrique quand ils transmettent les influx nerveux à l’origine de nos pensées ou de nos actions. Leur idée est de visualiser cette activité pour connaître les zones du cerveau qui agissent face à une sollicitation donnée et ainsi mieux comprendre le fonctionnement de l’ensemble.

Comment se passe l’examen

Si l’idée semble simple, sa mise en pratique est, comme souvent, la grande difficulté ! En effet, les potentiels électriques émis par les neurones sont très faibles et doivent aussi « traverser » le crâne pour pouvoir être mesurés à l’extérieur. Il faut donc des instruments très précis pour les amplifier et les mesurer. D’où l’utilisation de nombreuses électrodes pour une électroencéphalographie, ainsi que de pâte conductrice d’électricité pour faire la liaison entre le crâne et ces capteurs.

Ensuite, on mesure souvent l’activité de nombreux neurones en parallèle, il faut donc analyser tous ces signaux et être capable de les trier pour comprendre quelle zone du cerveau agit à quel moment. Et cela a été possible grâce à l’amélioration des méthodes mathématiques d’analyse et le développement des capacités de calcul numérique (ensemble de calculs qui sont réalisés sur un système informatique).

Ces développements permettent aujourd’hui de bien cartographier les zones actives du cerveau, de pouvoir notamment étudier l’épilepsie, mieux saisir les phases du sommeil, ou encore identifier certaines tumeurs cérébrales.

Ainsi les applications de l’électroencéphalographie sont donc vastes et les champs d’amélioration nombreux, car nous connaissons encore peu le fonctionnement précis de notre cerveau !

Malo du Bretoux

 

Actuailes n° 101 – 29 mai 2019

 

 

 


électroencéphalographie cerveau


Imprimer