facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Guyane, une montagne d’or qui fait débat

Guyane, une montagne d’or qui fait débat

12-06-2019 à 06:02:26

Un projet d’extraction d’or à l’ouest de la Guyane est aujourd’hui l’objet d’un vif débat. 
En effet, certains espèrent des retombées économiques quand d’autres craignent pour l’environnement.

 

L’or en Guyane

Depuis le milieu du XIXe siècle, de l’or est extrait en Guyane. Aujourd’hui, il y a deux sources d’extraction : soit à partir des alluvions des rivières, soit directement dans la roche. Il existe des sociétés officielles, mais également des milliers d’orpailleurs illégaux, venus souvent des pays voisins (Brésil, Surinam) et appelés garimpeiros.

Les conséquences de l’exploitation illégale sont importantes sur la nature et les hommes avec la pollution des eaux et la déforestation. Il règne également une grande violence dans ces sites clandestins, qui sont activement recherchés par des militaires et des gendarmes français afin d’être détruits. La production illégale serait comprise entre cinq et dix tonnes par an, rapportant environ 200 millions d’euros. Mais l’or est également exploité de manière tout à fait légale par une trentaine de sociétés qui produisent toutefois dix fois moins d’or que leurs concurrents illégaux.

La montagne d’or

Située près de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, à l’ouest de la Guyane, la montagne d’or est exploitée depuis deux siècles par des chercheurs d’or. Mais de récentes études ont montré un fort potentiel de cette zone. Cette découverte provoque un grand intérêt et on estime la production d’une mine à ciel ouvert à plus de sept tonnes d’or par an à partir de 2022. Toutefois, avant de l’exploiter, une société doit obtenir l’accord de l’État et pour cela prouver que l’impact sera faible sur l’environnement.

La forêt amazonienne est, en effet, une réserve naturelle extraordinaire et ce type de projet pourrait menacer la faune et la flore. Mais, dans le même temps, cette mine pourrait créer plusieurs centaines d’emplois, ce qui est appréciable dans un département où le nombre de chômeurs est important.

Vers un abandon ?

Alors qu’il s’était montré favorable au projet en 2015, quand il était ministre de l’Économie, le président Emmanuel Macron semble avoir changé d’avis. Le gouvernement a ainsi récemment indiqué opter pour un abandon du projet. Mais il règne encore un certain flou : le projet est-il complètement abandonné ou sera-t-il accepté s’il préserve mieux la nature ? La réponse dans quelques mois.

 

Julien Magne

 

 Actuailes n° 102 – 12 juin 2019

 

 

 


or


Imprimer