facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Sainte Faustine l'apôtre de la miséricorde

Sainte Faustine l'apôtre de la miséricorde

02-10-2019 à 00:30:10

Le 25 août 1905, à Głogowiec en Pologne, naît Helena Kowalska. À l’époque, 
la Pologne se trouve sous 
la domination de l’Empire russe.

 

 

Helena est la troisième d’une famille de dix enfants, ses parents sont de pauvres cultivateurs. Elle ne restera que trois années dans son école puis devra travailler pour aider ses parents. À seize ans, elle s’occupe d’entretenir la maison d’un couple dont elle a également en charge le fils. Un an plus tard, souhaitant entrer au couvent, elle en parle à ses parents. C’est un refus très net. Elle récidive, nouveau refus !

À l’automne, elle se rend à Lodz, chez un cousin de son père et tient la maison d’une épicière. Mais la jeune fille, depuis l’âge de dix-sept ans, ressent l’appel de la vie religieuse. En 1924, Jésus lui apparaît sous la forme du Christ souffrant et lui ordonne d’entrer au couvent. Pour lui obéir, elle décide de partir à Varsovie sans le consentement de ses parents. Là, elle va frapper à la porte de plusieurs couvents. Partout, elle est refusée. Elle ne désespère pas.

Finalement, elle est acceptée au couvent de la congrégation des sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde. Elle a vingt ans et prononce ses vœux en 1926 devenant sœur Marie-Faustine du Saint-Sacrement.

Elle remplit les modestes charges de cuisinière, jardinière, portière et ira de couvent en couvent, à Varsovie, Vilnius, Cracovie. Douée du don de bilocation, Faustine reçoit les stigmates, mais ceux-ci demeurent invisibles. À la demande de son directeur spirituel, elle écrit Le Petit Journal, y décrit ses expériences mystiques et les demandes du Christ qui la visite régulièrement.

Sœur Marie-Faustine raconte qu’elle a vu plusieurs fois Jésus et Marie dans le Purgatoire et qu’elle leur a parlé. Jésus lui demande avec insistance de faire connaître la profondeur de la Miséricorde divine. Il lui ordonne de répandre quatre dévotions.

Réciter le chapelet de la Miséricorde qui comprend des invocations particulières sur les grains du Notre Père et du Je vous salue Marie.

Honorer l’image du Christ miséricordieux : le 22 février 1931, Faustine a vu Jésus vêtu de blanc, la main droite levée en signe de bénédiction, l’autre touchant son vêtement sur la poitrine. De son cœur sortaient deux grands rayons, l’un rouge, l’autre blanc. La religieuse fait peindre une représentation de cette vision. Des images sont imprimées et connues maintenant partout dans le monde.

Célébrer le dimanche de la divine Miséricorde (le premier dimanche après Pâques).

Vénérer l’heure de la Miséricorde, c’est-à-dire 15h, l’heure de la mort du Christ sur la Croix.

Sainte Faustine visita aussi l’Enfer, guidée par un ange. En 1936, elle tombe gravement malade et meurt en octobre. Elle a été canonisée le 30 avril 2000 par le pape Jean-Paul II.

L’Église la fête le 5 octobre.

 

Mauricette Vial-Andru

 Actuailes n° 104 – 2 octobre 2019

 


miséricorde sainte faustine 5 octobre


Imprimer