facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Les championnats du monde d' athlétisme à Doha

Les championnats du monde d' athlétisme à Doha

02-10-2019 à 06:37:23

Les championnats du monde d’athlétisme se déroulent du 28 septembre au 6 octobre à Doha, capitale du Qatar1. Les épreuves ont débuté vendredi dernier dans des conditions climatiques extrêmes et représentant un réel danger pour les sportifs.

 

Un climat hostile

Si ces conditions n’ont rien d’exceptionnel pour la saison dans cette partie du monde, elles ont des conséquences importantes sur la santé de sportifs peu accoutumés à pratiquer leur discipline dans ce climat. Les températures peuvent atteindre plus de 40°C le jour et la chaleur ne baisse que faiblement la nuit. Cette chaleur est accompagnée d’un taux d’humidité très important pouvant aller jusqu’à 70 %.

Le corps peut s’adapter à une chaleur sèche, mais lorsque l’humidité est importante, le corps peine à évacuer suffisamment de sueur pour réduire sa propre chaleur. La température corporelle augmente rapidement, la fréquence cardiaque s’accélère et le risque de faire un malaise est important, y compris pour des sportifs de haut niveau.

Autre souci à prendre en compte : tous les bâtiments sont climatisés. Il y a par conséquent un contraste permanent (chaud-froid) entre les hôtels où résident les athlètes, l’extérieur, les transports et le stade où se déroulent les compétitions. Il faut donc se protéger pour ne pas attraper… froid ! Ce serait dommage de déclarer forfait à cause d’un rhume !

Des infrastructures partiellement adaptées

Les épreuves se déroulent au Khalifa Stadium, où les athlètes seront relativement préservés de la chaleur grâce à un système de climatisation, qui maintient la température ambiante entre 23 et 25°C. Pour les athlètes pratiquant leur discipline hors stade (50 kilomètres marche, marathon), ce sera beaucoup plus difficile !

Ainsi, vendredi 27 septembre, malgré un départ donné en pleine nuit (32°C et 73 % d’humidité malgré tout), vingt-huit participantes au marathon sur soixante-huit ont abandonné avant la fin de la course ! Enfin, un tunnel d’une longueur de 50 mètres a même été aménagé afin de créer une transition entre les fortes températures extérieures et la température plus clémente régnant dans l’enceinte du stade.

Et l’environnement dans tout ça ?

Ces prouesses technologiques ont un coût financier, mais un coût écologique également, sans aucun doute. En effet, le recours excessif à la climatisation, qui demande beaucoup d’énergie, déstabilise aussi le climat. L’organisation de compétitions de haut niveau dans des zones du monde marquées par des conditions climatiques extrêmes est-elle compatible avec les enjeux liés au réchauffement climatique ? Qu’en penses-tu ?

 

Mélancomas

 

 Actuailes n° 104 – 2 octobre 2019

 

 


athlétisme doha


Imprimer