facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
La Danse au Moulin rouge - La Goulue et Valentin le Désossé d'Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)

La Danse au Moulin rouge - La Goulue et Valentin le Désossé d'Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)

16-10-2019 à 06:39:44

 

Au premier plan, un homme en noir, haut-de-forme et costume sombre, à l’allure dégingandée1. Ses jambes démesurément longues lui ont certainement valu le sobriquet dont il a été affublé, « le désossé ». Sans souci d’une perspective réaliste, le peintre lui fait écarter les pieds en un pas gigantesque. Il est vrai que, s’il était connu pour ses qualités de danseur, il était aussi un peu contorsionniste…

Nez crochu, menton en pointe, de profil, visage fermé, s’il est heureux de danser, il ne le montre pas. Le peintre le campe d’un trait rapide, comme une esquisse prise sur le vif, sans se préoccuper de reprendre une main déformée : l’essentiel est dans l’impression de mouvement et d’énergie qui se dégage.

À ses côtés, une danseuse, dont la robe colorée forme la seule tache claire sur le tableau. C’est La Goulue, célèbre danseuse de cabaret. La touche est légère et accompagne le mouvement des bras retenant les étoffes. Sa jupe se soulève, les jupons ne sont plus cachés et s’envolent.

Tous deux sont entraînés dans une danse célèbre qui a fait la renommée des bals de la Belle Époque, le « french cancan ». La danse représentée nous semble familière, mais imaginons quels scandales elle a pu provoquer, à une époque où les femmes bien élevées ne montraient pas leurs chevilles. Soulever ses jupons restait choquant, même au cabaret !

La peinture n’a pas de son, mais on imagine fort bien une musique entraînante. Les deux danseurs sont au centre de tous les regards. Derrière eux, hommes et femmes, amateurs de la vie nocturne et de la fête, se pressent en une masse compacte, tous vêtus de noir. Des taches blanches figurent des lumières, des lampions ou peut-être leur reflet dans des miroirs.

Ce panneau, de taille monumentale, était destiné à orner la baraque de la Foire du Trône dans laquelle La Goulue souhaitait se produire.

Une exposition, organisée au Grand Palais, jusqu’au 27 janvier 2020, permet de découvrir l’œuvre de Toulouse-Lautrec.

Sophie Roubertie

Actuailes n° 105 – 16 octobre 2019


la danse au moulin rouge la goulue et valentin le désossé henri de toulouse-lautrec


Imprimer