facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Les grands voyageurs

Les grands voyageurs

13-11-2019 à 06:15:12

L’automne est la saison où l’on voit passer au-dessus de nos têtes des bandes d’oiseaux 
qui quittent nos territoires où la température diminue pour aller passer l’hiver là où le climat est plus agréable et pondre leurs œufs là où ils sont nés. On appelle ce phénomène 
la migration et il s’inverse au printemps : ces mêmes animaux reviennent pour passer l’été sous nos latitudes.

Ce phénomène est connu de très longue date : Homère en parle dans L’Iliade au VIIIe siècle avant J.-C. Mais jusqu’au XIXe siècle, on pensait encore que de nombreux oiseaux migrateurs comme les cigognes ou les hirondelles hibernaient, c’est-à-dire qu’ils passaient l’hiver au même endroit, mais dans un profond sommeil, comme les marmottes ou les ours.

Les pays du monde essayent depuis le début du XXe siècle de compter les oiseaux migrateurs : d’abord en positionnant des « spotteurs » aux points de passage identifiés, qui comptaient, notamment la nuit, le nombre d’oiseaux qui passaient devant la lune… Ces méthodes sont aujourd’hui épaulées par des technologies modernes : radar pour détecter les formations d’oiseaux, animaux équipés de balises GPS.

Si les mouvements sont désormais bien connus, une inconnue de taille subsiste : comment les oiseaux migrateurs parviennent-ils à trouver leur route ? Il semble que les animaux aient la capacité de mémoriser le voyage qu’ils effectuent en groupe étant jeunes, pour le reproduire ensuite en grandissant. Ce qui est tout à fait remarquable étant donné que les trajets font souvent plusieurs milliers de kilomètres ! Par exemple, jusqu’à 11 500 km sans halte en huit jours pour la barge rousse, qui quitte la Sibérie pour la Nouvelle-Zélande, ou 65 000 km en dix mois pour des sternes arctiques qui quittent l’Antarctique pour hiverner dans le nord de l’Europe. Pour vous faire une idée, comparez ces distances à notre difficulté à retrouver notre chemin dans un lieu que nous aurions visité une année plus tôt !

Profitez donc des semaines qui viennent pour lever les yeux et voir ces oiseaux qui migrent ; pour les plus curieux, un site internet de plusieurs associations recense tous les passages en France : l’occasion de connaître un peu mieux les espèces qui passent dans vos régions !

 

Malo du Bretoux

 

 Actuailes n° 106 – 13 novembre 2019

 


migration


Imprimer