facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Évasion rocambolesque

Évasion rocambolesque

15-01-2020 à 06:37:03

PDG de Renault-Nissan depuis 2005, Carlos Ghosn est l’un des plus puissants hommes d’affaires du monde. En 2018, il est arrêté par la justice japonaise pour dissimulation de revenus, puis inculpé pour utilisation des fonds de l’entreprise à des fins personnelles.

Après plusieurs mois d’emprisonnement, il est placé en résidence surveillée, mais quitte clandestine-ment le Japon en décembre 2019 pour le Liban.

Son évasion serait digne d’un roman : il aurait quitté, à 14h30, sa résidence surveillée habillé d’un chapeau et d’un masque chirurgical comme beaucoup en portent dans ce pays. Il aurait rejoint deux personnes. Il aurait voyagé dans en train caché dans une malle à trous ou un étui d’instrument de musique pour rejoindre un aéroport et s’envoler dans un jet privé pour le Liban. Certains pensent qu’il a quitté le pays aidé par des professionnels de l’exfiltration.

Pourquoi le Liban ?

Carlos Ghosn a la triple nationalité franco-libano-brésilienne et le Liban a la particularité de ne pas extrader ses ressortissants, le protégeant du mandat d’arrêt international, comme fugitif, émis contre lui par Interpol. Le 8 décembre, lors d’une conférence de presse, Carlos Ghosn a affirmé être la victime d’un complot fomenté par les autorités japonaises pour prendre les rênes de l’alliance automobile qu’il dirigeait et dénonce la dureté de la justice japonaise. Il ne souhaite pas pour l’instant rentrer en France.

C’est un coup dur pour la justice japonaise et une incompréhension pour ce pays qui a un sens très fort de la parole donnée.

 Actuailes n° 109 – 15 janvier 2020


carlos ghosn


Imprimer