facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Confinée à Paris

Confinée à Paris

08-04-2020 à 08:20:26

Je m’appelle Constance, j’ai seize ans, je suis en première et j’habite à Paris dans un appartement avec mes parents, mon petit frère François et ma petite soeur Ombeline.

Le confinement – et surtout la fermeture des écoles – a tout d’abord été une bonne nouvelle pour mon frère, ma soeur et moi. Plus d’école, le rêve ! Dans ma tête, j’allais regarder des milliers de films et jouer toute la journée aux jeux vidéo. Malheureusement, mes journées se résumeraient plutôt à travail et procrastination.

Nous nous sommes rapidement organisés pour que chacun ait son espace de travail, avec une plus ou moins bonne connexion wifi. Papa travaille dans sa chambre en filaire, maman dans un coin du salon (ou parfois dans la salle de bain) en partage de connexion, moi dans ma chambre avec le wifi, et François également dans le salon sur le wifi, pour avoir maman à portée de main en cas de problème.

Ce système a relativement fonctionné bien jusqu’à ce que je fasse des visioconférences avec mes professeurs, et là ont commencé les complications.

Comme je suis dans ma chambre, le wifi ne passe pas très bien, alors lorsqu’il s’agit d’écouter un professeur à des kilomètres… Cela donne le plus souvent lieu à un pétage de plomb après une énième déconnexion ! Un autre gros problème que je rencontre est mon peu de concentration et de motivation pour travailler. À l’école, c’est plus facile, on est obligé de travailler, on a, en quelque sorte, que ça à faire. À la maison, c’est le contraire.

En plus, comme presque tout ce que je dois faire est sur ordinateur ou téléphone et nécessite une connexion internet, je suis bien plus facilement tentée de regarder autre chose. D’autant que le travail donné par les profs ne remplace pas une journée normale de cours.

Seuls nos parents sortent : le week-end pour faire les courses (ils emmènent quelques fois ma soeur) et mon père une semaine sur deux pour aller au travail. Mon frère et moi ne sommes pas sortis depuis trois semaines. Heureusement, nous avons une terrasse et pouvons y déjeuner de temps en temps ce qui fait du bien.

Ce confinement n’est finalement pas une si mauvaise chose pour moi, il m’a permis de réussir à faire du sport tous les jours, à me décoller un peu de mon téléphone pour m’essayer aux activités manuelles et à passer plus de temps avec ma famille, avec de bons vieux jeux de société par exemple. Bien sûr, mes amis me manquent, mais nous avons trouvé une alternative : nous nous appelons régulièrement sur Houseparty, une super application de Facetime, que mon frère n’a pas tardé à utiliser également. Nous vivons actuellement une expérience quasiment unique en son genre et je trouve ça incroyable. Quand nous serons vieux, nous pourrons raconter à nos petits-enfants que nous avons vécu la guerre, une guerre où il suffisait de rester chez soi pour sauver des vies.

Actuailes n° 114 – 8 avril 2020


confinement


Imprimer