facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Rendez-vous

Rendez-vous

08-04-2020 à 10:39:03

Après Hitchcock, le maître du suspense, abordons l’oeuvre de l’inventeur de la comédie moderne du cinéma parlant, Ernst Lubitsch.

Né à Berlin en 1892, Lubitsch a commencé au théâtre avant de passer au cinéma, alors en pleine expansion avant 1914. Acteur, puis très vite réalisateur, il s’installe aux États-Unis. Dès après la guerre, les critiques louent la « Lubitsch touch » faite de rythme et d’ellipses qui permettent de raconter en moins de deux heures des histoires fourmillant de détails et où chaque acteur a un rôle important. La « patte » de Lubitsch, c’est de compter sur l’intelligence du spectateur qui n’est pas gavé d’images, aussi belles soient-elles, mais doit réfléchir pour combler les ellipses narratives. Après soixante sept films muets et vingt films parlants, Lubitsch, l’hyper actif, est décédé d’un infarctus alors qu’il n’avait que cinquante-cinq ans.

Malgré leur apparence de comédies débonnaires, ses films abordent des questions sérieuses : le stalinisme avec Ninotchka (1939), le chômage dans The Shop Around The Corner (1940), le nazisme avec To Be Or Not To Be (1942), le mariage avec Heaven Can Wait (1943) ou encore une critique de l’imperméabilité des classes sociales avec Cluny Brown (1946).

Rendez-vous (le titre français de The Shop Around The Corner) se déroule à Budapest dans la boutique de M. Matuschek (Frank Morgan, Le Magicien d’Oz), un maroquinier qui fait régner sur ses employés un paternalisme exigeant. Alors que

Miss Novak (Margaret Sullavan) est embauchée, le prestige de l’employé modèle, M. Kralik (James Stewart1), commence à décliner… L’animosité entre les deux protagonistes est palpable, mais un autre lien les unit malgré eux. Rythme, comique de situation, dialogues ciselés, c’est un des bijoux du cinéma à voir en famille et en V.O. !

1. La filmographie de James Stewart est immense, il a tourné avec les plus grands réalisateurs de son époque.

Catherine Bertrand

Actuailes n° 114 – 8 avril 2020


rendez-vous


Imprimer