facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Situation économique

Situation économique

05-05-2020 à 21:47:00

La pandémie liée au coronavirus a des effets à l’échelle planétaire sans précédent : plus de trois milliards de personnes confinées et des pays qui tournent au ralenti.
La France, un des pays les plus durement touchés, paie un lourd tribut économique.

La France à l’arrêt », « Le pays est en récession », « La pire crise depuis 1945 »… Les unes de la presse française sont bien pessimistes depuis le 16 mars, date à laquelle a débuté cette période de confinement. Comme plus de la moitié de la population mondiale, les Français sont durement touchés par cette crise sanitaire, qui devient également une crise sociale et économique.


Notre pays vit, en effet, la pire récession économique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire une diminution du niveau de production.
On parle également de « régression » ou de « contraction » de la production de richesse réalisée au sein d’un territoire (le produit intérieur brut – PIB). Avec plus de 11 millions de salariés en chômage partiel, c’est-à-dire payés en grande partie par l’État, chaque jour de confinement coûte 2 milliards d’euros à notre pays.
La conjoncture économique est très défavorable, puisque nous assistons à la fois à une crise de l’offre et de la demande. En raison de la pandémie et du confinement, les chaînes de production et l’activité des entreprises sont à l’arrêt ou en forte diminution ; même si certains secteurs résistent mieux, comme la santé et l’agroalimentaire qui affichent un taux d’activité de 80 %, d’autres sont dans un état critique : la construction et l’automobile sont à 10 % d’activité… Et la demande est également en berne : en effet, une population confinée, ce sont des consommateurs qui consomment nettement moins…


Cependant, dans cette crise, certains secteurs et entreprises tirent leur épingle du jeu. Ainsi, Nestlé, le géant suisse de l’agroalimentaire affiche une croissance de plus de 4 % au premier trimestre, dopée par les « achats panique » des consommateurs qui se sont rués sur des produits tels que le café, l’alimentation animale et les préparations culinaires.
Les réseaux sociaux et autres applications permettant des visioconférences ne sont pas en reste : Zoom, HouseParty, WhatsApp, Instagram, Facebook, etc. D’autres marques caracolent en tête des entreprises qui « profitent » de ce confinement : la plateforme de streaming vidéo Netflix a enregistré plus de 15 millions de nouveaux abonnés (à l’échelle internationale) depuis le mois de janvier !

Mikaël de Talhouët

Actuailes n° 115 – 6 mai 2020




Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire