facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L’État vole au secours des entreprises !

L’État vole au secours des entreprises !

19-05-2020 à 20:58:00

À la crise sanitaire liée au coronavirus succède une crise économique où les entreprises sont touchées de plein fouet. L’État français développe des dispositifs exceptionnels pour faire face à cette situation inédite.

 

Air France, Renault, Fnac-Darty, CMACGM, Castorama, etc. La liste des entreprises qui ont ou vont avoir recours aux prêts garantis par l’État (PGE) en cette période de crise économique est longue, très longue… Au 7 mai 2020, ce sont en effet plus de 386 000 entreprises de toute taille qui vont bénéficier d’un prêt bancaire, garanti à plus de 70 % par l’État français. C’est-à-dire que ce dernier s’engage à rembourser au minimum 70 % du prêt à la banque si l’entreprise venait à faire faillite.

Ces PGE constituent un vrai secours pour les entreprises dont l’activité connait un arrêt total ou un très fort ralentissement, en raison du confinement lié à la pandémie de covid-19. Ils permettent de renflouer la trésorerie de l’entreprise et de faire face à certains impératifs de fonctionnement : paiement des salariés, des factures, des loyers, de l’entretien des bâtiments et des usines, etc. Ce dispositif est même vital pour les TPE (très petites entreprises, celles qui emploient moins de dix salariés), qui représentent plus de 90 % des entreprises qui ont recours au PGE.

En mettant en place ce dispositif exceptionnel, l’État français vise à préserver les entreprises de la faillite pour éviter notamment une explosion du nombre de chômeurs. Prenons l’exemple de la compagnie aérienne Air France, qui connaît une situation très critique puisque son activité est quasi à l’arrêt (moins de 5 % des vols habituels sont actuellement assurés). L’État lui accorde un prêt de 7 milliards d’euros. Ce montant, très significatif (!), est à la mesure du nombre d’emplois directs ou indirects1 liés à l’activité de cette entreprise : entre 300 000 et 350 000 emplois.

Néanmoins, si ce prêt s’avère indispensable à la survie de cette compagnie aérienne, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a bien précisé que ce PGE devait être assorti d’un certain nombre de contreparties pour l’entreprise, notamment environnementales : Air France devra ainsi s’engager sur une diminution des émissions de CO2 liées aux vols aériens.

1. Les emplois directs d’une entreprise concernent les emplois liés à la production d’un bien ou d’un serviceau sein d’une entreprise X. Les emplois indirects sont liés à une entreprise Y qui produit des biens et des servicespour l’entreprise X.

Mikaël de Talhouët

Actuailes n° 116 – 20 mai 2020




Imprimer