facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Enfants dans la mer, plage de Valence Joaquín Sorolla (1863-1923)

16-09-2020 à 09:29:30

Date : peint en 1908
Technique : huile sur toile

Taille : 81 x 106 m

Lieu de conservation :
Collection Juan Abelló – Madrid (Espagne)

 

C’est une bouffée de souvenirs de vacances au bord de la mer que nous envoie Joaquín Sorolla avec cette toile. Des jeux dans l’eau, des voiles, des vagues...

Rien que de très simple dans cette scène de plage. Ce pourraient être nos vacances. Celles de n’importe quels enfants passant des jours heureux à jouer dans les vagues, la peau progressivement dorée par les rayons du soleil. Quelques-uns se laissent porter par les vagues. On ne sait pas exactement combien ils sont : deux, trois peut-être ? Le pinceau est vif, la peinture est utilisée à grands traits et ne détaille pas les corps. On les devine plus qu’on ne les voit : l’image n’est pas suffisamment précise pour aller plus loin qu’imaginer ces nageurs. Ils attendent qu’un autre les rejoigne. Un plus prudent, moins téméraire, plus fatigué, qui sait ?

Regardez la mer, les vagues et l’écume qu’elles laissent en s’écrasant près de la plage : le peintre représente la mer à grands traits évocateurs, en taches aux couleurs variées, qui semblent vibrer sous les rayons du soleil. Quels beaux jeux de lumière ! La mer n’est pas uniquement bleue ; elle est brune, grise, violacée aussi. Et l’écume a des reflets rosés. Les vagues traversent la toile de part en part, en deux larges traits plus clairs.

L’enfant situé au plus près de la plage nous tourne le dos. Pris par l’attrait de la mer, il est nu, son corps est fin, au contact direct des éléments. On devine son ombre, projetée sur l’eau.

 

À l’arrière-plan, des voiles gonflées trahissent la présence d’un vent assez fort pour faire avancer les bateaux, qui forment une frise qui occupe le haut du tableau. Ils sont représentés comme de simples triangles, sans relief, sans nuances, sur un ciel lui-même traité en aplats d’un gris rosé laissant à penser que la scène se déroule à la fin de la journée.

L’influence des impressionnistes est notable dans cette œuvre de plein air qui saisit la vie dans un instantané lumineux, car l’artiste privilégie l’impression qui se dégage de l’œuvre et la lumière plutôt que la précision du dessin. Un instantané du bonheur.

Jusqu’au
1er novembre 2020,
l’hôtel de Caumont,
à Aix-en-Provence, met à l’honneur Joaquín Sorolla.

Une idée de visite en famille
pour garder à l’esprit
les couleurs de l’été !

 

 

Sophie Roubertie

Actuailes n° 119 – 16 septembre 2020


joaquin sorolla enfants dans la mer


Imprimer