facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le Défi du champion

Le Défi du champion

24-11-2020 à 21:31:00

Sorti en avril 2019 en Italie, Il Campione est un exemple de la comédie italienne, héritière de la Commedia dell’Arte, composée de personnages un peu caricaturaux de prime abord, de farces, de rires, de cris, de larmes, de bon sens et surtout de beaucoup d’humour !

Christian est footballeur, il n’a que vingt ans mais il est déjà mondialement connu et gagne des millions. Entouré par une multitude de parasites qui exploitent sa générosité, adulé par ses fans, choyé par les cadres du club qui voient en lui un bon investissement, il n’y a guère que sur le terrain qu’il peut trouver des frustrations auxquelles il a tendance à réagir violement… Mais le patron du club, se lassant de ses extravagances, l’écarte du terrain et embauche Valerio, un enseignant, pour qu’il puisse passer la maturità, le bac italien.

C’est un peu un feelgood movie, ces films où tout finit bien avec de beaux sentiments, mais ce n’est pas un mélo. Au contraire, c’est une vision assez lucide du monde du football, qui pourrait être celui du cinéma, de la chanson ou de la mode : des jeunes gens propulsés au sommet du monde mais mal entourés… de quoi perdre ses repères ! Et le chemin n’est pas facile pour cet enfant gâté avec ce professeur qui ne connaît rien au foot, chose pratiquement improbable en Italie ! Ces deux personnages contraires vont évidemment se rejoindre avec beaucoup de tendresse, chacun dans sa gestuelle et sa façon de parler (VO impérative), chacun avec son vécu et son avenir.

Filmé dans le centre d’entraînement de l’A.S. Roma, ce premier film de Leonardo D’Agostini est à voir en famille avec toutefois cet avertissement : le langage fleuri du football n’est pas pour toutes les oreilles !

Avant de réaliser ce premier film, D’Agostini était monteur. Si le réalisateur d’un film est le chef d’orchestre qui a l’idée et la vision d’ensemble de son œuvre, il est toujours accompagné d’un monteur (ou il monte lui-même son film). Ce métier méconnu est pourtant essentiel : il s’agit de trier parmi tous les plans et séquences tournés. Après les avoir souvent coupés, il faut les assembler en respectant le scénario, sa structure narrative – les scènes pouvant être filmées dans le désordre – et son rythme.

Les raccords se font aujourd’hui à l’image près et ont remplacé les fondus. Il faut ensuite accorder le son et les éventuels doublages. Quelques astuces comme le split screen (plusieurs images à l’écran) ou le jump cut (une même séquence est coupée plusieurs fois puis assemblée) permettent d’accélérer l’action. Les scènes de combats, de courses poursuites ou de match de foot permettent au monteur de faire preuve de sa virtuosité : une scène de deux minutes est parfois issue d’une vingtaine d’heures de rushes (image et son captés) !

Catherine Bertrand

Actuailes n° 123 – 25 novembre 2020




Imprimer