facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Comment réagit notre corps face à l'hiver ?

Comment réagit notre corps face à l'hiver ?

08-12-2020 à 15:23:00

Quel impact l’hiver a-t-il sur mon corps ?

En hiver, les nuits sont longues. Cette diminution de lumière a un impact certain sur notre cerveau, avec notamment une baisse de la sérotonine une des hormones responsables de notre humeur. Cette baisse entraîne bien souvent – davantage chez l’adulte – une baisse du moral. Des chercheurs se sont amusés à placer des rats dans une ambiance pauvre en lumière à l’image de l’hiver et ont montré une perte de capacités, notamment de mémoire, de ces derniers… Rassurez-vous, au retour de la lumière, ils retrouvaient leurs facultés !

Notre production en vitamine D, dépendante du soleil, est également très diminuée l’hiver. Cette vitamine est essentielle dans la construction de nos os, mais aussi dans la stimulation de nos défenses immunitaires, voire dans la protection contre les migraines.

Par ailleurs, le froid, autre caractéristique de l’hiver, entraîne lui aussi un certain nombre de conséquences. La réaction musculaire est de se tendre au froid, l’exercice pourra être plus propice aux accidents si un échauffement progressif n’est pas réalisé.

Le froid véhicule un air sec (que le chauffage assèche encore plus) et favorise les irritations et inflammations des voies respiratoires (rhinopharyngite, laryngite, etc.). D’ailleurs, si vous pensez que cela n’a pas d’importance d’être correctement vêtu contre le froid, des chercheurs de l’université de Yale ont prouvé le contraire, montrant que le fait de prendre froid majorait de façon conséquente le risque de faire une rhinopharyngite. Cet air sec est aussi responsable d’irritations cutanées et parfois de déshydratation.

Mais le froid de l’hiver n’est pas que négatif : il permet de brûler davantage de graisses, ne serait-ce que pour la thermorégulation, par le frisson. Il active la circulation sanguine en resserrant les veines, qui se redilatent au chaud. Le froid intense permet aussi une récupération plus rapide que le repos chez le sportif après un exercice intense. En effet, le froid est anti-inflammatoire et par là diminue l’inflammation consécutive à l’effort important.

Alors que faire l’hiver ? Pour lutter contre la fatigue classique en hiver et aussi se prémunir du risque infectieux saisonnier, il faut vivre de manière plus adaptée à la lumière du jour… et donc se coucher tôt ! On peut faire une cure de vitamine D en ampoule, deux ampoules à trois mois d’intervalle. Il faut aussi veiller à maintenir un taux d’humidité correct dans les maisons, en mettant des récipients d’eau sur les meubles, par exemple. Il faut s’hydrater et hydrater sa peau de crèmes grasses. Et pourquoi pas se faire plaisir d’un petit carré de chocolat, bon pour le moral… puisque nous brûlons des graisses !

Dr Emmanuelle Mongex

Actuailes n°124 - mercredi 9 décembre 2020




Imprimer