facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L’Esclave rebelle de Michel-Ange (1475-1564)

L’Esclave rebelle de Michel-Ange (1475-1564)

13-01-2021 à 07:56:00

La maîtrise technique de l’artiste est visible : chaque articulation, chaque muscle est parfaitement rendu. Avec cet esclave rebelle, Michel-Ange1 montre sa parfaite connaissance de l’anatomie humaine. Le modelé est précis, la chair de marbre semble vivante. Il est difficile de dire si cet homme est la représentation fidèle d’un modèle. Peut-être est-ce plutôt la création d’une beauté masculine idéalisée.

Entravé par des liens, l’esclave tente de se libérer, faisant jouer sa musculature puissante, l’effort est sensible. Son mouvement vigoureux est tout en torsion : l’épaule droite s’avance vers la jambe gauche, le visage est tourné pour accompagner le geste de révolte. Les deux jambes, placées sur des plans différents, ménagent un espace vide accentuant l’impression d’énergie qui se dégage de l’œuvre.

Le rocher servant de support reste inachevé, comme pour bien montrer que le personnage est central. Les hachures, trace des outils, y sont nettement visibles. Elles nous permettent de comprendre le travail de l’artiste, dégageant progressivement de la pierre la figure qu’il avait imaginée, puis dessinée.

Cette statue et son pendant, également conservé au Louvre, L’Esclave mourant, étaient destinés au tombeau du pape Jules II. Le monument funéraire aurait dû être grandiose (imaginez : l’esclave fait à lui seul plus de deux mètres ! Et plus de quarante statues étaient prévues). Après plusieurs projets, il ne fut jamais réalisé.

Je vous laisse un conseil pour mieux découvrir les sculptures : dès que vous le pouvez, prenez le temps d’en faire le tour. Chaque point de vue vous permettra de découvrir des expressions et des mouvements différents. C’est ici particulièrement notable.

1. Vous pouvez retrouver La Pietà, autre œuvre sculptée de Michel-Ange, dans le n° 109 d’Actuailes.

Sophie Roubertie

Actuailes n° 125 - 13 janvier 2021




Imprimer