facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
The Others

The Others

13-01-2021 à 08:07:00

Le 7e art regorge de films d’épouvante et la plupart n’ont aucun intérêt ! Mais, puisque certains d’entre vous doivent étudier le genre fantastique au collège, je vous conseille de compléter vos cours avec The Others.

Dans un château isolé sur une île anglo-normande, Grace (Nicole Kidman) attend le retour de son mari parti combattre les Allemands. Un matin, émergent du brouillard les domestiques qu’elle attendait alors que les précédents l’ont quittée sans raison apparente. Grace les engage sur le champ, répartit les tâches et surtout les présente à ses deux jeunes enfants atteints d’une maladie rare et mortelle qui les oblige à fuir la lumière du jour. Des domestiques mystérieux, des enfants blafards et une mère maniaque sont donc les uniques personnages de ce huis clos évoluant dans cette immense demeure plongée dans l’obscurité. On pourrait presque penser à la Famille Adams, mais il semble que des fantômes rôdent.

Le film nous met dès la première scène dans l’ambiance de l’épouvante : Grace se réveille en hurlant. La beauté parfaite et froide de Nicole Kidman, dont le prénom dans le film, Grace, semble un hommage à celle de Grace Kelly, actrice fétiche d’Alfred Hitchcock, ne fait que confirmer le goût du réalisateur, l’Espagnol Alejandro Amenábar, pour l’œuvre de son immense prédécesseur. Sans une goutte de sang, ni effets spéciaux, sans autre violence que des portes qui claquent, le malaise s’installe : qui ment ? Qui vit dans cette maison ? Les fantômes ont-ils vraiment des draps et des chaînes ? La tension monte jusqu’au dénouement où le spectateur pourra doublement apprécier la maîtrise de l’écriture du scénario.

Grand succès mondial, récompensé par de nombreux prix : meilleure actrice, meilleur film, etc., ce classique est à voir en V.O. et à partir de douze ans.

 

The Others a aussi obtenu le prix de la photographie, qui récompense le directeur de la photographie ou chef opérateur. C’est le responsable du cadrage, de la lumière et de l’emplacement des caméras. Évidemment, il ne fait pas tout lui-même et travaille avec des équipes, toujours en accord avec le réalisateur. Dans ce film, vous pourrez constater combien la lumière est un instrument essentiel de la composition de l’image, comme dans un tableau ou une photographie. La lumière doit capter, guider le regard du spectateur. Lumière diffuse et sans contraste pour un extérieur onirique, lumière frontale pour souligner la beauté de Grace, lumière latérale d’un soleil qu’on ne voit pas, lumière par en dessous pour donner un aspect inquiétant à certains personnages. Rien n’est laissé au hasard !

Catherine Bertrand

Actuailes n° 125 - 13 janvier 2021




Imprimer