facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Duralex sauvée de la faillite

Duralex sauvée de la faillite

09-03-2021 à 15:42:00

Qui parmi vous n’a jamais fait tomber un verre Duralex, sans jamais le casser ?
Ou joué à connaître son âge en regardant le numéro au fond de son verre ?
Pourtant très appréciés des familles et des cantines, les verres
Duralex étaient à deux doigts
de la faillite, mais l’entreprise est désormais sauvée.

 

Un verre à la solidité éprouvée

L’aventure Duralex commence dans le Loiret en 1945. Son nom provient de la locution latine Dura lex sed lex qui veut dire : « la loi est dure, mais c’est la loi. » En effet, ce qui fait la marque Duralex, c’est la solidité de ses verres. Elle n’est pas due au hasard mais à un procédé industriel original. Car ce qui rend le verre Duralex aussi résistant, c’est le processus de trempe.

En effet, le produit verrier sort du four à 1350°, puis est porté à 700°, avant d’être refroidi brutalement par ventilation. Issu de ce chaud-froid, votre verre sera donc deux fois et demie plus résistant que la concurrence et pourra endurer un choc thermique de 130°, passant facilement du congélateur au micro-ondes.

Il est pratiquement incassable. Si toutefois le verre se brise, il n’y a pas d’inquiétude de blessure, car il éclatera en une multitude de morceaux non coupants. C’est ce même type de verre qui sert pour les pare-brises de voitures.

Un déclin récent

La croissance économique d’après-guerre fait décoller les ventes, tout d’abord en France puis à l’étranger. La marque est incontournable dans les cantines, les bars et au sein des familles. Dans les années 1960, chaque écolier buvait sa ration de lait quotidienne fournie par l’État dans un verre Duralex. Le déclin s’amorce dans les années 1970, même si la marque connaît de beaux succès, comme son apparition dans les mains du célèbre James Bond en 2012 ou dans le film Indiana Jones en 1981. Malheureusement, la crise sanitaire va porter un coup fatal à Duralex en raison de l’arrêt de ses ventes à l’étranger, qui représentent 80 % de sa production.

L’avenir

Duralex vient donc d’être racheté par une entreprise qui a promis de sauver les deux cent cinquante emplois, ce qui est une excellente nouvelle pour les employés de cette usine qui produit cent verres chaque minute. Mais mieux encore, elle a promis d’investir plusieurs millions d’euros pour relancer la marque. Il y a en effet urgence, car l’usine est ancienne et les machines un peu usées, en particulier les moules. Car, le savais-tu ? Les moules ont tous un numéro entre 1 et 50. C’est ce numéro qui te donne ton âge au fond du verre, mais surtout qui permet à l’entreprise de savoir très précisément si un moule est défectueux.

Tant pour ses salariés que pour l’image de la France au travers de son verre culte, nous souhaitons bon vent à Duralex, espérant que les générations à venir pourront continuer à laisser échapper un verre sans le casser et jouer à trouver leur âge au fond du verre.

André Lefort

Actuailes n°128 - mercredi 10 mars 2021


0 vote


Imprimer