facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Tribune des militaires : dernier appel avant la guerre civile ou fausse alerte ?

Tribune des militaires : dernier appel avant la guerre civile ou fausse alerte ?

11-05-2021 à 17:51:00

Le 13 avril, plusieurs dizaines de généraux, des centaines d’officiers, de sous-officiers et de soldats, en retraite, signaient une tribune appelant les hommes politiques à mieux lutter contre la montée de la violence dans notre pays. Et proposaient leur aide. Récit d’un coup de tonnerre.

Un constat clair et très critiqué

Dans cette tribune, les anciens militaires alertent nos hommes politiques sur la montée de la violence en France. Ils soulignent que certains quartiers échappent au contrôle de l’État et se séparent du pays, que l’islamisme est un péril grandissant. Ils appellent donc à un sursaut avant qu’il ne soit trop tard et proposent leur aide.

Au début peu relayée, cette tribune connaît une forte propagation quand elle est publiée dans le journal Valeurs actuelles le 21 avril, puis que Marine Le Pen y réponde en invitant ces anciens militaires à la rejoindre. De nombreux hommes politiques de gauche la critiquent alors très durement, ainsi que le chef d’état-
major des armées. Mais un sondage indique que six Français sur dix la soutiennent et toutes ces réactions, souvent agressives ou insultantes, augmentent le nombre de signataires, aujourd’hui plus de 25 000, dont cinquante-trois généraux.

Vérité ou mensonges ?

La situation que décrivent ces anciens militaires semble malheureusement correspondre à la réalité. En effet, plusieurs centaines de quartiers en France échappent au contrôle de l’État. Cela signifie que la police n’y entre plus, sinon pour se faire attaquer, comme les pompiers ou les médecins. Cela permet aux trafiquants de drogue de faire la loi, souvent avec des armes de guerre dont ils n’ont pas peur de se servir.

Aujourd’hui, même des petites villes sont touchées et les actes de violence augmentent partout, comme récemment, par exemple, à Avignon où un policier a été tué par un vendeur de drogue. Des bandes sèment parfois le chaos et attaquent la police avec des feux d’artifice ou s’en prennent à d’autres victimes pour les voler ou juste leur faire du mal. Quant à l’islamisme, il se propage rapidement, de manière violente et non violente : de manière violente à travers des attentats ; non violente à travers des tenues vestimentaires et des refus d’obéir aux lois et coutumes françaises. Plus de 80 % des Français partagent cet avis des généraux, car peu sont épargnés par cette situation et beaucoup craignent pour l’avenir de leur pays.

Que peut faire l’armée ?

Ces anciens militaires demandent donc une réaction forte et la fin du laxisme, c’est-à-dire de punir sévèrement les voyous et les islamistes afin d’éviter une guerre civile. Ils indiquent également craindre l’appel des militaires pour résoudre ce problème. En effet, cette mission serait périlleuse, car les militaires ne sont pas formés pour cela. Ils sont formés et équipés pour faire la guerre, pas la police. Ils gardent un mauvais souvenir de la guerre d’Algérie où les hommes politiques étaient dépassés et avaient appelé les militaires au secours pour des opérations de police à Alger. De plus, la police et la gendarmerie ont les moyens nécessaires pour faire respecter la loi. Le problème est qu’ils ne sont pas soutenus par les hommes politiques et que de nombreuses personnes arrêtées ne vont pas en
prison et sont très vite relâchées. Ces dernières multiplient donc vols ou agressions en toute impunité et narguent la police, tout en étant de plus en plus violentes.

Enfin, cette tribune montre que la situation présentée par ces militaires en retraite correspond à la réalité de nombreux Français qui expriment leur ras-le-bol face aux violences. Le débat souligne aussi que les Français ont de grandes attentes envers les militaires. Toutefois, attention à ne pas faire d’erreurs : la mission des militaires n’est pas de faire la police. C’est donc désormais aux hommes politiques de résoudre cette crise.

Tribune de soutien de civils et de militaires en activité à leurs anciens

Dimanche 9 mai, l’hebdomadaire Valeurs actuelles publiait une tribune de soutien à celle des anciens militaires. Elle aurait été écrite par des militaires en activité. Mais les auteurs sont restés anonymes, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas donné leur nom. En effet, ce qu’ils écrivent pourrait leur valoir de lourdes punitions. Les militaires sont astreints au devoir de réserve. Cela signifie qu’ils n’ont pas le droit d’exprimer une opinion politique ou religieuse
en disant qu’ils sont militaires.

Que dit cette tribune ? Une nouvelle fois, cette tribune alerte sur les risques que court notre pays et sur la réaction nécessaire des hommes politiques face à la montée de la violence. Les militaires donnent comme argument qu’ils sont bien placés pour porter un jugement, car ils combattent cette violence en Afrique au Mali ou en France avec l’opération Sentinelle.

Cette tribune rencontre un franc succès, car, mardi 11 mai, elle avait déjà été lue plus de 8 millions de fois et signée par plus de 300 000 personnes.

André Lefort

Actuailes n°131 - 12 mai 2021




Imprimer