facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Attentats du 13 novembre - ouverture du procès du siècle

Attentats du 13 novembre - ouverture du procès du siècle

15-09-2021 à 06:04:00

Le procès de l’attentat du 13 novembre 2015 a été ouvert la semaine dernière. Il durera plus de huit mois, pour se terminer en mai 2022.

Le vendredi 13 novembre 2015, trois attentats font 130 morts et 350 blessés. Au stade de France, trois kamikazes se font sauter, faisant une victime. Au même moment, trois tireurs tuent 39 personnes sur cinq terrasses de bars et restaurants parisiens. Puis, lors de l’attaque du Bataclan, trois jihadistes tuent 90 spectateurs. Aujourd’hui, vingt terroristes sont jugés pour participation aux faits.

Un procès fleuve

Lors d’un procès, les victimes et leurs familles peuvent se porter partie civile et sont représentées par un avocat. Pour ce procès, 1 800 personnes l’ont fait, qu’il s’agisse de victimes blessées ou de familles de victimes décédées. Toutes les familles des victimes ne sont pas représentées. Certaines d’entre elles ont choisi de ne pas le faire pour ne pas avoir à supporter les plaidoiries des avocats de la défense, qui peuvent être difficiles à entendre.

Lors de ce procès, on entend beaucoup parler de Salah Abdeslam. Ce Franco-Marocain s’est fait remarquer par ses déclarations à l’ouverture du procès. Selon la procédure, le président de la cour vérifie l’identité des accusés par quelques questions et Salah Abdeslam s’est revendiqué « combattant de L’État islamique ».

Salah Abdeslam, marqueur de ce qu’est l’islamisme

Alors que Salah Abdeslam tenait à commencer à décliner son identité par le rappel « qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah », le président a rétorqué : « Oui, bien, nous verrons ça pendant les débats. » Il a ainsi refusé de laisser la tentative de prosélytisme de l’accusé perturber la bonne marche du procès.

Salah Abdeslam, en fanatique, rapporte de nombreux faits à sa religion. Ainsi, il s’est plaint d’être maltraité et a expliqué qu’il comptait sur la résurrection après la mort et que le tribunal devrait « rendre des comptes ». Le président de la cour lui a rappelé qu’il n’était pas dans « un tribunal ecclésiastique », mais dans un tribunal démocratique. Ce rappel à l’ordre permet de réaffirmer la laïcité de la France et rappelle aux terroristes qu’elle n’est pas un pays musulman et que la charia, la loi islamique, n’y a aucune valeur.

 

Le savais-tu ?

Les attentats terroristes se succèdent sur notre sol. Leur traitement nous force à innover. Ainsi, la salle d’audience du procès a été construite spécialement pour l’occasion, parce qu’elle devait être particulièrement grande et dans un lieu spécial. C’est une salle démontable située dans le vieux palais de justice de Paris. Elle pourra être réutilisée pour les procès d’autres attentats.

Adélaïde Motte

 

Actuailes n° 134 - 15 septembre 2021




Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire