facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Biélorussie : l'arme migratoire

Biélorussie : l'arme migratoire

16-11-2021 à 21:42:00

La semaine dernière, des milliers de Kurdes, ont tenté de forcer les frontières de la Pologne pour pénétrer illégalement en Union européenne. Les gardes-frontières polonais essayent, depuis lors, de les refouler, mais ils font face à des groupes de migrants très structurés et soutenus logistiquement par la police biélorusse.

Tout d’abord, il convient de s’arrêter sur l’aspect géographique de cette information. Des Kurdes tentant de forcer la frontière d’un pays situé à 3 500 km du Kurdistan, comment est-ce possible ? Et que vient faire la Biélorussie, ce pays enclavé entre Russie, Lettonie, Lituanie, Ukraine et Pologne, dans ce énième épisode des entrées d’immigrés clandestins en Europe ?

On sait, en effet, que, depuis les guerres de 2011 en Libye et en Syrie, plus de dix millions de clandestins ont pénétré en Europe. Mais ils utilisaient jusqu’alors la voie atlantique (via les Canaries), méditerranéenne (dans les bateaux d’associations humanitaires européennes) ou la voie terrestre par le Maroc et, surtout, la Turquie.

Pour comprendre ce nouveau front en Biélorussie, il faut remonter un an en arrière. La Biélorussie est un État d’Europe de l’Est qui a conservé un régime politique issu du système soviétique qui prévalait jusqu’à la chute de l’URSS en 1991. Le régime est qualifié d’autoritaire et son président, Alexandre Loukachenko, en poste sans interruption depuis 1994, est considéré comme un dictateur par les pays occidentaux. Lors des dernières présidentielles de 2020, ceux-ci l’ont accusé de fraude généralisée ; l’UE a même décidé en juin 2021 dernier d’imposer de graves sanctions à son économie, afin de créer les conditions d’une révolte populaire visant à le renverser.

Pour répliquer à ces sanctions, Alexandre Loukachenko a décidé de sortir l’arme migratoire contre l’UE, probablement inspiré par le président turc Erdogan et le roi du Maroc Mohamed VI. Ces deux dirigeants autoritaires ont, en effet, découvert qu’il était très simple de déstabiliser les pays européens en poussant des clandestins musulmans vers l’Europe, ce qu’ils font régulièrement. Le but est de créer un mécontentement des habitants confrontés aux vagues de migrants (dans lesquels sont infiltrés des délinquants, des criminels et des terroristes), pour affaiblir encore davantage les États de l’UE (voir Actuailes n° 112).

Ainsi, la plupart des attentats commis en Europe depuis 2015 sont le fait de faux réfugiés entrés illégalement en Europe grâce aux mafias ethniques et aux ONG. Et l’incapacité de l’UE à gérer correctement l’immigration a été la cause d’une grande instabilité politique depuis lors.

Alexandre Loukachenko a donc tout simplement organisé des centaines de vols directs depuis la Turquie pour acheminer des Irakiens en Biélorussie et les mener ensuite à la frontière polonaise. Ce type d’agression, très cynique, est qualifié d’hybride par les stratèges militaires, car il ne coûte pas cher et peut se révéler très efficace, tout en évitant de déclarer une guerre ouverte qui serait trop risquée militairement.

Il reste maintenant à voir si l’Union européenne saura trouver le courage politique de réagir au-delà des déclarations de principe. 

Siegfried

Actuailes n° 137 - 17 novembre 2021


6 votes


Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire