facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Les vierges noires

Les vierges noires

17-11-2021 à 06:40:25

Vierge noire de Douvres-la-Délivrande (Calvados)

Peut-être vous est-il arrivé, au hasard de vos visites dans les églises de Provence, du Massif central ou des régions voisines, de rencontrer des vierges noires.

Ces vierges à l’enfant du Moyen Âge ont, étonnamment, le visage noir. Leurs mains le sont parfois aussi, mais pas toujours. Il s’agit le plus souvent de vierges en majesté, à l’attitude hiératique1, portant l’Enfant Jésus sur leurs genoux. On en trouve tout autour du bassin méditerranéen. Rien que dans le sud de la France, on en compte tout de même cent quatre-vingts ! Ce n’est donc pas un phénomène marginal. Les plus connues sont certainement celles du Puy-en-Velay et de Rocamadour.

À quoi est due cette couleur de peau ? Elle était si peu répandue dans ces contrées parmi les habitants de l’époque qu’on peut difficilement imaginer que les modèles ont été des femmes d’origine africaine. Plusieurs hypothèses ont été avancées.

– On a longtemps pensé que la suie s’était accumulée au cours des siècles, à force de cierges brûlés aux pieds des madones. Mais cela n’expliquerait pas que les mains restent claires.

– Certains ont imaginé que la couleur pourrait être due à l’essence de bois utilisée (l’ébène, à titre d’exemple, est de couleur sombre) : mais les sculpteurs n’avaient à leur disposition que les bois locaux et ces Vierges sont le plus souvent en noyer, cèdre ou tilleul.

– On a évoqué la possibilité qu’il y ait un lien avec un passage biblique, du Cantique des cantiques, « Je suis noire, mais belle », mais les spécialistes, tant de la Bible que de l’histoire de l’art, n’y croient pas.

– On a avancé l’idée qu’il pourrait s’agir de réminiscences de cultes pré-chrétiens, romains, gaulois ou même égyptiens. Cette transmission semble peu convaincante pour les historiens.

– La chimie pourrait avoir un rôle déterminant, avec des pigments clairs, utilisés pour colorer les visages, virant vers le noir avec le temps. Ces pigments contenaient du plomb qui s’est oxydé2. Un restaurateur m’a confirmé que cette hypothèse était assez plausible. L’huile noircit aussi définitivement les vieux bois. On a pu en enduire les statues. La fumée des bougies a fait le reste…

Ces statues gardent une partie de leur mystère. Ce qui ne fait pas de doute, c’est qu’elles font souvent l’objet d’une dévotion populaire ancienne et sont, dans plusieurs lieux, le but de pèlerinages très fréquentés. 

Vierge noire de Myans (Savoie)

 

Sophie Roubertie

Actuailes n° 137 - 17 novembre 2021


1 vote


Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire