facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
La France au coeur du scandale

La France au coeur du scandale

30-11-2021 à 18:05:00

La France est accusée d’aider, malgré elle, l’Égypte à cibler des civils. C’est que révèle l’organisation d’investigation Disclose : notre pays fournissait des renseignements que les autorités égyptiennes utilisaient pour cibler des bédouins trafiquants à la frontière égypto-libyenne et non pour lutter contre le terrorisme islamiste comme prévu.

Depuis 2016, la mission de renseignement française Sirli – quatre militaires et six civils – scrute le désert occidental à l’aide d’un avion léger pour détecter des menaces terroristes en provenance de la Libye et fournit à l’Égypte des informations en temps réel. Or, d’après le média d’investigation qui s’est procuré des documents classés « confidentiel défense », l’Égypte détourne ces renseignements pour effectuer des frappes aériennes sur des contrebandiers présumés. Pourtant, selon les spécialistes de la région, si des attaques islamistes ont lieu dans le Sinaï, aucun groupe terroriste n’a été identifié entre la rive occidentale du Nil et la frontière libyenne. Certes, cette zone poreuse est une plaque tournante de trafics en tout genre (cigarettes, essence, armes…) et un terrain de jeu pour les contrebandiers, majoritairement bédouins, mais aucun lien avec le terrorisme n’a été prouvé.

Pas de remise en cause de la mission

Selon Disclose, « les forces françaises auraient été impliquées dans au moins dix-neuf bombardements contre des civils entre 2016 et 2018. […] Le nombre de victimes pourrait se chiffrer à plusieurs centaines. » Percevant l’instrumentalisation des informations par l’Égypte, l’armée française s’inquiète des dérives et alerte à plusieurs reprises les autorités politiques. La mission n’est toutefois pas remise en cause.

« L’Égypte est un partenaire de la France avec qui nous entretenons des relations au service de la sécurité régionale et de la protection des Français », avance le ministère des Armées. Ces révélations interviennent alors que les relations franco-égyptiennes font l’objet de polémiques depuis des années, notamment depuis le coup d’État du maréchal Sissi en 2013. La France met alors en place un « partenariat stratégique pour lutter contre le terrorisme » et multiplie les contrats d’armement avec l’Égypte, grâce à la vente de chasseurs Rafale, de frégates ou de porte-hélicoptères. Les droits de l’homme, allègrement bafoués par le régime de Sissi, sont relégués au second plan. Toutefois, ce nouveau scandale pourrait entacher davantage encore le partenariat franco-égyptien. Le coup est dur pour Paris, car les frappes égyptiennes pourraient être considérées comme une campagne d’exécutions arbitraires dont la France serait complice.

Nour

Actuailes n° 138 - 1er décembre 2021


0 vote


Imprimer