facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
C'est arrivé le 25 mai 1856  : Louis Franchet d’Esperey

C'est arrivé le 25 mai 1856 : Louis Franchet d’Esperey

24-05-2022 à 17:34:00

M on cher Philippe,

Te voilà grand frère d’un petit Louis ! C’est merveilleux. Tu connais déjà l’histoire du grand roi Saint Louis, voici l’histoire d’un autre Louis. Belle figure historique de notre cher pays, la France. 

Le 25 mai 1856, Louis Franchet d’Espèrey naît à Mostaganem (Algérie) où son père est en garnison. Il est saint-cyrien, officier de l’armée d’Afrique, puis chef de bataillon de chasseurs. 


Louis Franchet d’Espèrey figure parmi les huit chefs militaires de la Grande Guerre nommés à la dignité de Maréchal de France. Général, il assume 
le commandement des troupes du Maroc occidental en 1912. Après avoir servi en Algérie, au Tonkin, en Chine et au Maroc, lors de la déclaration 
de guerre, il est commandant du Ier corps d’armée de Lille. 

En 1914, à la tête de la 5e armée, il exerce une action prépondérante aboutissant à la victoire de la Marne. Après une offensive éclair, 
il accule la Bulgarie à l’armistice. En effet, en juin 1918, 
il prend le commandement de l’armée d’Orient. Il remet cette armée 
(650 000 hommes dont 210 000 Français) en ordre de bataille et, 
le 15 septembre 1918, il prend l’offensive contre les Bulgares, alliés des « Puissances centrales ». La Bulgarie est donc la première des Puissances centrales à se retirer de la Grande Guerre. Elle signe l’armistice 
le 29 septembre 1918. Puis il libère la Serbie, tend la main à la Roumanie 
et provoque l’armistice turque.

Il sera le seul grand chef militaire français à occuper deux capitales ennemies : Sofia et Constantinople. Mais Franchet d’Espèrey se verra interdire par le président du Conseil, Clémenceau, de poursuivre son avantage, les Anglo-Saxons ne voulant pas d’une victoire trop nette de la France, et Clémenceau lui-même ne souhaitant pas contribuer à la gloire 
d’un général catholique et monarchiste… 

Maréchal de France, voïvode de Serbie (très haut grade dans l’armée serbe), membre de l’Académie française, il s’éteint près d’Albi en 1942. 
Il repose aux Invalides. Je peux ainsi par cette lettre te faire découvrir 
une personnalité riche et attachante, aux multiples facettes, un homme 
de caractère dont la destinée se confond pendant un demi-siècle 
avec l’Histoire de France.

Je souhaite que tu aies son courage et sa droiture !
Je t’embrasse de tout cœur,

Tante Cécile

Actuailes n° 147 - 25 mai 2022


1 vote


Imprimer