facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Il faut sauver Mayotte

29-11-2022 à 18:24:05

Débordé, l’État peine à rétablir l’ordre à Mayo!e, dont les habitants vivent la peur au ventre. De nouvelles violences, perpétrées par de jeunes immigrés, ont enflammé plusieurs quartiers ces derniers jours.

Un département autrefois paisible...

Mayotte est un département français de 290 000 habitants,situé dansl’océan Indien entre Madagascar et le Mozambique. Il s’agit d’un archipel composé de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre. Le royaume de France a acheté Mayotte en 1841 sous le règne de Louis-Philippe Ier. Alors que les Comores voisines choisissent en 1974 l’indépendance, les Mahorais décident massivement de rester français. Les Mahorais sont musulmans et la société traditionnelle est matriarcale, les femmes occupant un rôle déterminant dansla société. Bien que plus pauvre que la métropole, et souffrant de problèmes d’accès à l’eau et d’un chômage massif, Mayotte a bénéficié de nombreux investissements de l’État : routes, écoles, hôpitaux… Il s’y construit 100 nouvelles classes par an. Jusqu’à une période récente, Mayotte, « l’île aux parfums », était un havre de paix, bercé par la gentillesse de ses habitants.

... mais submergé par l’immigration

Oasis de richesses et de tranquillité, l’archipel a attiré de nombreux immigrés venus essentiellement des Comores. Ils représentent aujourd’hui plus de la moitié de la population, arrivant des îles voisines sur des bateaux légers. De nombreuses femmes comoriennes viennent y accoucher afin d’offrir à leurs enfantsla nationalité française. Mayotte abrite la plus grande maternité de France, avec une moyenne de 30 naissances par jour, dont 70 % d’étrangers. Les services de l’État sont débordés, à commencer par la police et la justice. De nombreux immigrés vivent dans des bidonvilles avec des maisons en tôle, gangrenés par la pauvreté et la violence. En dépit de nombreuses promesses, les gouvernements successifs peinent à répondre aux appels de détresse desMahorais, qui voient leur île s’enfoncer dans le chaos. Les agressions sont nombreuses et ont gagné en intensité ces derniersjours, avec des batailles rangées entre centaines de jeunes armés de machettes.

Quelle réponse ?

La réponse la plus urgente est de rétablir l’ordre, et d’éviter que la violence s’étende. L’envoi de renforts de policiers et gendarmes est une première étape. Elle doit s’accompagner de décisions judiciaires fortes. En effet, il ne sert à rien d’arrêter un voyou s’il est libéré dans les heures qui suivent. Or beaucoup de délinquants sont de jeunes mineurs, parfois sans parents. Leur envoi en prison s’annonce donc difficile. Une fois l’ordre rétabli, le gouvernement devra trouver une solution pour arrêter l’immigration incontrôlée en provenance des Comores. Une réforme du droit du sol était à l’étude. En effet, le droit du sol signifie que, pour être français, il suffit d’être né en France. Ce pourrait ne plus être le cas à Mayotte. L’arrêt des prestations sociales pour les nonFrançais, à l’exception des urgences médicales, permettrait également de moins attirer les Comoriens et de soulager les services publics. Il faut également réfléchir à aider au développement économique des Comores. Enfin, comme en Guyane, le gouvernement prévoit un renforcement des moyens militaires, un détachement de la Légion étrangère étant déjà stationné sur place. En 2050, si rien n’est fait, Mayotte comptera 700 000 habitants. Et le risque de guerre civile augmentera, car de nombreux Mahorais ne font plus confiance à l’État pour assurer leur sécurité, réfléchissant à s’organiser par eux-mêmes pourse défendre. Il y a donc urgence à sauver Mayotte.

Julien Magne

Actuailes n°153 - 30 novembre 2022


1 vote


Imprimer