facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Une réforme des retraites juste et nécessaire ?

Une réforme des retraites juste et nécessaire ?

24-01-2023 à 15:05:09

Promesse de campagne du président Macron, la réforme des retraites est présentée comme indispensable.

Ce projet de réforme suscite toutefois une forte opposition, obligeant à étudier son intérêt.

Un système par répartition

En France, les retraites reposent sur la solidarité entre ceux qui travaillent, les actifs, et ceux qui ne travaillent plus, lesretraités. Les actifs financent par des cotisations les pensions de retraite de leurs aînés. Malheureusement, le vieillissement de la population et la chute du nombre de naissances mettent ce système soustension. Alors qu’en 2000 il y avait 2,1 actifs cotisant pour un retraité, le chiffre est de 1,7 aujourd’hui et devrait atteindre 1,2 en 2070. Les gouvernements qui se succèdent depuis trente ans ont donc progressivement repoussé l’âge de départ en retraite. L’objectif de la réforme est 64 ans. Ils ont également baissé le montant des pensions, qui représentent 50 % du salaire d’un actif.

Une réforme nécessaire ?

Le système des retraites devrait enregistrer des déficitssurla période 2025-2045. Sous l’effet des réformes passées, il devrait ensuite retrouver son équilibre. Alors que le système est excédentaire de 3,2 milliards d’euros cette année, les experts estiment le déficit ultérieur à environ 15 milliards par an. Cela ne remet pourtant pas en cause le modèle. En effet, les caisses de retraite ont accumulé des réserves importantes (163 milliards d’euros). De plus, l’État disposera en 2024 d’une nouvelle marge de manœuvre de 24 milliards d’euros par an, en raison de la fin du remboursement d’une dette sociale financée par un impôt, qui pourrait alors être réorienté vers les retraites. L’État pourrait alors, avec cette nouvelle réforme, augmenter les pensions de retraite, ou baisser le poids de leur financement qui mobilise 345 milliards d’euros par an. Derrière un discours alarmantsursa pérennité que les études contredisent, l’objectif de cette réforme est donc de dégager des financements pour d’autres priorités.

Une réforme juste ?

Cette réforme doit mettre fin aux régimes spéciaux de retraite, qui coûtent très cher.

Certains salariés peuvent en effet partir en retraite plus tôt, par exemple à 50 ans pourles conducteurs de train ou de métro. Cette faveur avait été adoptée quand les conditions de travail de ces conducteurs étaient très dures, ce qui n’est absolument plus le cas aujourd’hui. Il est donc injuste que l’ensemble des Français la financent.

En revanche, des injustices vont s’accentuer. Les 5 % des Français les plus riches vivent en moyenne 13 ans de plus que les 5 % les plus pauvres, et les cadres 6 ans de plus que les ouvriers. Les plus modestes passeront donc encore moins de temps à la retraite alors qu’ils ont cotisé aussi longtemps que les autres. Les autres grands perdants sontles personnes ayant commencé à travailler tôt, entre 16 et 20 ans. Enfin, les femmes voient leur avenir s’assombrir. En travaillant moins pour élever leurs enfants, elles cotisent moins. Elles subissent une décote de leur pension, les obligeant à travailler jusqu’à 67 ans.

En conclusion, cette réforme ne semble donc ni juste, ni nécessaire, et esquive un sujet fondamental : la baisse des naissances, qui garantissent le mécanisme de solidarité entre générations.

André Lefort

Actuailes n°156 - 25 janvier 2023


3 votes


Imprimer