facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Les nouveautés de la rentrée 2023

19-09-2023 à 21:01:03

Douze millions de jeunes Français ont repris le chemin de l’école le 4 septembre, pour une rentrée marquée par plusieurs nouveautés.

 

Les vacances sont désormais terminées pour les 6,4 millions d’écoliers, 3,4 millions de collégiens et 2,2 millions de lycéens qui ont retrouvé leurs classes et professeurs. Cette rentrée a été marquée par de nombreuses annonces par le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal. Elles ont pour objectif de remonter le niveau scolaire, surtout en mathématiques et en français. Nous vous en présentons les principales.

 

Le primaire

 

Le ministre met l’accent sur les savoirs fondamentaux qu’un quart des élèves ne maîtrisent pas en entrant au collège. Il s’agit tout simplement de s’assurer que chaque élève sache lire, écrire et compter.

Au CP, deux heures seront donc consacrées chaque jour à la lecture.

En CM1, les enfants qui ont des difficultés en lecture bénéficieront d’un renforcement, avec en particulier l’étude de textes longs. Des évaluations en français et mathématiques verront le jour en CM1 afin d’analyser le niveau des élèves.

Enfin, les classes de CP et CE1 seront limitées à 24 enfants.

 

Le collège

Comme au primaire, l’accent est mis au collège sur les mathématiques et le français. Les élèves de sixième bénéficieront d’une heure supplémentaire de soutien par semaine dans l’une des deux matières, par groupes de niveau. Cette heure remplacera l’heure de technologie, dont l’enseignement débutera désormais en cinquième.

Le dispositif « devoirs faits » offrira un temps d’étude gratuit, obligatoire et accompagné, afin que les devoirs soient faits avant de rentrer à la maison.

Des stages de réussite seront proposés pendant les vacances scolaires pour les familles volontaires.

 

Le lycée

Les mathématiques redeviennent obligatoires pour tous les lycéens dès la classe de première.

Le calendrier du bac évolue, les épreuves de spécialité se passant désormais en juin avec la philosophie et le grand oral. Elles se déroulaient avant en mars, ce qui engendrait ensuite un grand absentéisme, car beaucoup de lycées considéraient avoir fini leur année. Tout en gardant un format d’épreuve inchangé, le bac de français est allégé, le nombre de textes à étudier passant de 20 à 16.

 

Le lycée professionnel

Le gouvernement souhaite rapprocher les lycées professionnels des entreprises, et faire du technique une filière d’excellence, comme en Allemagne, par exemple. Les stages effectués seront désormais payés, pour un montant maximum de 2 100 euros sur les trois années de lycée.

 

Valoriser les professeurs

L’école connaît actuellement une crise des vocations chez les professeurs. Cette année, 3 100 postes n’ont pas été pourvus suite aux concours. Leur niveau a fortement baissé afin de compenser la baisse du nombre de candidats. Le ministre souhaite donc mieux valoriser les professeurs, en montant leurs salaires s’ils acceptent des tâches supplémentaires, de remplacement de collègues malades, par exemple.

 

Vers une hausse du niveau scolaire ?

Le niveau scolaire des jeunes Français s’est écroulé ces trente dernières années.

Cette situation est en partie due à de nouvelles méthodes d’apprentissage, par exemple en lecture. Le niveau en mathématiques a été considérablement abaissé, ainsi qu’en histoire, dont l’enseignement chronologique a été abandonné. Les langues rares, grec et le latin, ont été reléguées au rang de vieilles reliques. Les évaluations ont été négligées ou allégées. Enfin, la violence s’est développée.

Face à cette situation inquiétante pour l’avenir de notre pays et de ses enfants, les mesures annoncées vont dans le bon sens. Mais seront-elles suffisantes pour inverser la tendance ?

Cela ne semble pas evident. Le ministre ne pourra faire l’économie de certaines réformes s’il veut réussir : méthodes de lecture, retour d’une discipline stricte et des redoublements, hausse du niveau des examens comme le bac et le brevet, plus grande liberté donnée aux écoles pour s’adapter aux spécificités de leurs élèves… Les solutions existent et sont déjà en place dans les écoles qui ont un excellent niveau, même dans des quartiers défavorisés ou à la campagne.

Enfin, l’école ne peut pas tout et le rôle des parents est essentiel dans la réussite scolaire de leurs enfants, par l’accompagnement dans les devoirs et les lectures, la réponse à des questions sur des sujets non compris ou encore la maîtrise de l’accès aux écrans.

 

En conclusion, la rentrée 2023 met l’accent sur l’enseignement du français et des mathématiques, considérés comme des savoirs fondamentaux. L’objectif affiché est de remonter le niveau scolaire qui a tant baissé ces dernières années. Espérons que ce soit le cas, car la situation est inquiétante pour l’avenir du pays.

 

 

Brève : Le hors contrat progresse

 

Les parents se tournent de plus en plus vers les écoles hors contrat. 117 000 élèves – de la maternelle à la terminale – y sont scolarisés (+ 17 % sur un an). La France en dénombre 2 600, dont 100 nouvelles écoles créées cette année.

Qu’est-ce qui pousse les parents à y inscrire leurs enfants ? Ces parents sont souvent attirés par les méthodes d’apprentissage, nouvelles ou traditionnelles, les petits effectifs, le niveau scolaire ou encore l’attention portée à chaque enfant.

 

Retrouvez notre articles sur l’uniforme ici

Julien Magne

Actuailes n°164 - 20 septembre 2023


5 votes


Imprimer