facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Clonage animal en Chine: un marché florissant

Clonage animal en Chine: un marché florissant

04-03-2024 à 18:29:52

Parfaitement légal en Chine, le clonage d’animaux est un marché en pleine expansion. Un progrès qui n’est pas sans risques. 

Les premières expériences de clonage animal se développent dans les années 1950. C’est un scientifique chinois, Tong Dizhou, qui fut le premier à cloner un poisson rouge à partir d’un noyau de cellule d’embryon, en 1963. En Europe, la brebis Dolly sera le premier mammifère né de cette technique, en 1996. Depuis, plusieurs espèces ont fait l’objet d’expérimentations: chats, vaches, chevaux ou encore cochons. Mais, alors que le clonage des animaux domestiques et d’élevage est illégal en Europe, le développement commercial de ce secteur d’activité est en plein essor en Chine.  

Pour quoi faire? 

Le clonage a d’abord été envisagé à des fins scientifiques, pour assurer la préservation d’espèces en voie de disparition. Ces derniers jours, la presse chinoise s’est fait l’écho d’un premier clonage réussi d’une espèce de chèvres tibétaines, race protégée, réputée pour sa laine de cachemire. Comme pour les végétaux, le clonage animal trouve aussi des motivations économiques.  

Il y a un an, Zhuang zhuang était le premier cheval cloné officiellement présenté à Pékin; l’objectif étant de réduire le prix de la reproduction et de l’élevage des chevaux de course en conservant leurs qualités génétiques, donc leurs performances physiques.  

Enjeux économiques 

La Chine s’intéresse aussi particulièrement au clonage des porcs, à des fins agro-alimentaires notamment, pour nourrir sa population de plus d’un milliard d’habitants! À l’Université Nankai de Tianjin, un robot est capable de cloner une cellule par minute. Vingt-cinq porcs clonés sont déjà sortis du laboratoire en question. «Pour l’instant, notre objectif est de choisir les meilleures races à cloner. Je rêve de voir une machine où les cellules entreraient d’un côté et où les porcs sortiraient de l’autre, mais on en n'est pas encore là», témoigne le professeur Zhao Xin, de l’Université Nankai.  

Dernière tendance à la mode enfin, le clonage de son animal domestique. Certains particuliers chinois sont prêts à débourser plus de dix mille euros pour «redonner vie» à leurs chats ou leurs chiens, en faisant prélever leurs cellules avant leur mort. Une nouvelle forme de réincarnation!  

Quels risques? 

Ces progrès comportent néanmoins des risques: la biodiversité est une richesse qui pourrait être menacée par les sélections génétiques artificiellement opérées. Surtout, les seules barrières au clonage humain ne seront peut-être bientôt plus techniques, mais seulement juridiques ou morales; deux critères qui sont très variables d’une société, d’une civilisation ou d’une époque à l’autre...  

Le savais-tu? 

Le clonage est un procédé de biologie et de génétique qui consiste à reproduire «à l’identique» un être vivant. Il fait appel à des techniques de laboratoire: pour des animaux, le noyau de la cellule de l’animal d’origine est introduit dans un ovule, inséminé ensuite dans une femelle porteuse, qui poursuit la gestation à son terme. Nous en sommes encore au stade expérimental; le taux de viabilité ne dépasse pas 5 à 10%. 

Emmanuel

Actuailes n°173 - 6 mars 2024


1 vote


Imprimer