facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Vers une trêve à Gaza?

Vers une trêve à Gaza?

05-03-2024 à 18:25:37

Les drames se succèdent dans la bande de Gaza, peu d’espoir de sortie de crise. 

Fin février, des soldats israéliens ont ouvert le feu sur un groupe de personnes palestiniennes lors d’une distribution d’aide alimentaire. 

Des familles, exténuées, criaient leur exaspération et leur crainte de ne pas pouvoir nourrir leurs enfants. Cette manifestation spontanée a dégénéré et les soldats, se sentant menacés, ont tiré dans la foule, causant de nombreuses victimes. Ce conflit ne cesse de déverser son lot d’horreurs de tous les côtés. 

Cet accident a causé une grande stupeur dans l’opinion internationale et suscité une désapprobation générale. Les États-Unis, la France et de nombreux pays ont sommé Israël de s’expliquer. 

Reconnaissant une «erreur», les responsables israéliens, inflexibles, ont rappelé que leur objectif restait l’éradication du terrorisme dans la bande de Gaza et la neutralisation de tous les responsables du Hamas qu’ils traquent dans le monde entier. 

 

Un infime espoir de trêve humanitaire 

Dans cette folie, une sortie de crise semble illusoire, mais quelques lueurs d’espoir subsistent. La France est engagée dans de vastes opérations humanitaires. Après avoir laissé mouiller un navire au large de Gaza pendant quelques semaines pour compenser la destruction des hôpitaux, acheminer de l’aide médicale et secourir les premiers blessés, il s’agit maintenant d’obtenir une augmentation du volume d’aide autorisée à pénétrer dans la bande de Gaza. Seuls 80 camions peuvent aujourd’hui franchir chaque semaine la frontière en l’Égypte et Gaza; la France souhaite que ce nombre passe à 400. Par ailleurs, le président de la République a proposé une trêve humanitaire de 6 semaines durant laquelle des otages pourraient chaque jour être libérés en échange de prisonniers palestiniens. Il s’agit du «plan de Paris». Début mars, les représentants diplomatiques des États-unis, du Qatar et du Hamas se sont rencontrés au Caire en Égypte pour évoquer ce plan. Israël a refusé de prendre part aux réunions, mais a néanmoins adressé un message à ces représentants indiquant qu’il n’était pas question de cesser la guerre contre le Hamas, mais qu’une partie du plan de Paris pouvait être envisagé. 

 

L’opinion publique pourrait changer de camp 

D’abord choquée par l’odieuse attaque terroriste du 7 octobre 2023, la plupart des opinions publiques du monde ont soutenu la riposte d’Israël. Mais, après 5 mois de bombardements et des dizaines de milliers de victimes, blessés, déplacés, la brutalité du conflit et la rigidité israélienne choquent de plus en plus de personnes. Aux États-Unis, principal soutien d’Israël, des manifestations de plus en plus nombreuses s’opposent à cette guerre. De nombreux pays, dont les USA, vont connaître des périodes d’élections internes (présidentielles, européennes ou autres). La question de Gaza sera immanquablement un sujet central des débats. 

Mélicène Syphore

Actuailes n°173 - 6 mars 2024


1 vote


Imprimer