facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

À quoi va ressembler le Parlement européen?

11-06-2024 à 15:42:00

Malgré le séisme politique en France et la montée des partis souverainistes, le scrutin ne modifiera pas beaucoup la composition du Parlement européen.  

En effet, si les grands pays d’Europe de l’Ouest ont connu une forte progression des partis eurosceptiques, ces mêmes partis sont en léger recul dans les petits pays d’Europe de l’Est et du Nord. 

Tour d’Europe  

En Allemagne, la coalition de gauche au pouvoir a été très lourdement sanctionnée dans les urnes. C’est la droite CDU-CSU qui domine, avec 30% des voix, suivie de la droite souverainiste AFD qui réalise un score historique de 16%. Les socialistes et écologistes n’arrivent qu’après, ce qui fragilise encore plus la coalition d’Olaf Scholz, déjà fortement contestée. 

En Italie, c’est Fratelli d’Italia, le parti souverainiste de la Première ministre Georgia Meloni qui arrive en tête, de même qu’en Autriche, où le FPÖ, le parti eurosceptique local, est premier. En Espagne, la droite traditionnelle (le Parti populaire) devance le Parti socialiste, tandis que la droite patriotique (Vox) réalise un beau score en étant 3ème. Au Luxembourg, la surprise est également venue des souverainistes de l’ADR qui remportent leur tout premier siège européen. En Belgique, les deux partis souverainistes – Vlaams Belang et la N-VA – sont également sur le podium tandis qu’aux Pays-Bas, le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders bondit et arrive 2ème. 

Finalement, à l’échelle européenne, les grands gagnants sont les droites traditionnelles et les souverainistes, au détriment des centristes et surtout des écologistes. 

Le Parlement européen 

Composé de 720 députés répartis entre les 27 pays membres, selon leur poids démographique (mais avec une sur-représentation pour les petits pays), le Parlement européen est basé à Strasbourg, Bruxelles et Luxembourg.  

Il n’est pas comparable aux Assemblées nationales des pays membres et son pouvoir est plus faible. Dans les pays démocratiques, l’Assemblée élue par le peuple a l’initiative de la loi et c’est à partir de sa majorité que se forme le gouvernement, chargé d’appliquer les lois votées. En cas de désaccord, l’Assemblée peut toujours renverser le gouvernement par un vote majoritaire. Pour l’UE, l’équivalent du gouvernement est la Commission; elle est composée de personnes désignées par les États membres, et elle seule a l’initiative de la loi, pas le Parlement. Ce dernier ne peut que valider ou refuser une politique qui lui est proposée; et encore, pas tout seul… car il partage ce rôle avec le Conseil de l’Europe, un organe constitué des ministres en exercice de chaque pays de l’Union européenne. 

Finalement, pourquoi cet engouement autour des élections européennes?  

Tout d’abord, il reste un pouvoir au Parlement, celui d’élire le ou la président(e) de la Commission, de valider la Commission dans son ensemble… ou au contraire, de la «censurer», c’est-à-dire de la forcer à démissionner. 

Ensuite, le Parlement est élu en un seul tour, au suffrage universel direct, dans toute l’UE; c’est un excellent baromètre de l’opinion des populations des pays membres. 

Enfin, le Parlement décide le budget de l’UE; il influence donc la concrétisation des politiques ou leur abandon. La voix des souverainistes sera donc plus forte dans les débats futurs et le Parlement ne pourra plus éviter les sujets brûlants comme la compétitivité économique ou l’immigration, thèmes qui ont fortement contribué à la poussée des eurosceptiques dimanche dernier. 

Actuailes n°178 - 12 juin 2024


0 vote


Imprimer