Logo
Vous avez dit « rogations » ?

Vous avez dit « rogations » ?

23-05-2017 à 21:29:02

Cérémonie jadis extrêmement populaire, la procession des rogations a quasiment disparu depuis une cinquantaine d’années. Aujourd’hui, cette pratique religieuse se rencontre encore dans quelques lieux. Elle est même parfois remise à l’honneur. De quoi s’agit-il ?

 

La procession des rogations consiste dans des prières publiques pour demander à Dieu sa protection contre les calamités (guerres, famine, épidémies, etc.). D’où son nom : le mot « rogation » vient du verbe latin « rogare », qui veut dire prier, demander. Le clergé et les fidèles font une procession en chantant les litanies des saints : ils demandent l’intercession des saints pour éviter les catastrophes qui peuvent avoir des conséquences dramatiques pour les populations.

Cette cérémonie a lieu les trois jours qui précèdent la fête de l’Ascension (qui célèbre le départ de Jésus pour le Ciel sous les yeux des Apôtres après sa résurrection). L’Ascension, qui tombe le quarantième jour après Pâques, ne peut avoir lieu avant le 1er mai, ni après le 3 juin. Les rogations tombent donc toujours entre la fin d’avril et le début de juin, période très importante pour les cultures : la pluie et le soleil, à ce moment-là, auront une grande influence sur la qualité de la récolte. Aussi les rogations sont-elles souvent considérées comme une demande de bénédictions pour les récoltes de l’année à venir. Cette année, l’Ascension est le jeudi 25 mai. Les rogations a donc lieu du lundi 22 au mercredi 24. Le printemps 2017 a été très sec : il faut prier pour avoir un peu d’eau !

En France, depuis les années 1960, l’économie et l’emploi ont été de moins en moins liés à la terre et au monde agricole. Si on ajoute à ce facteur le recul général de la foi chrétienne en Europe, on comprend pourquoi cette cérémonie, qui fut si importante pendant des siècles, a quasiment disparu en quelques décennies.

Aujourd’hui, on voit se dessiner un mouvement inverse. Il y a un intérêt renouvelé pour la terre et le monde paysan, car on reprend conscience de tout ce que l’on doit à notre environnement. Dans le même temps, on se rend compte du danger qu’il y aurait de perdre le lien avec les traditions qui ont façonné l’esprit et les mœurs de nos ancêtres. Car les rogations ne datent pas d’hier : ces prières sont apparues au Ve siècle en France et se sont ensuite répandues dans toute la chrétienté. Quinze siècles de prières ! En participant aux rogations, il faut se dire avec joie et fierté : je prie comme mes pères ont prié.

 

 

Père Augustin-Marie

 

 

Actuailes n° 70 – 24 mai 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Imprimer