facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Une nouvelle « montagne d’or » en Guyane ?

06-05-2020 à 07:53:41

Alors qu’un précédent projet de mine géante a été récemment abandonné (voir Actuailes n° 102 du 12 juin 2019) pour préserver l’environnement, une gigantesque mine à ciel ouvert pourrait voir le jour en 2025 dans l’ouest de la Guyane.

L'or en Guyane, une vieille histoire L’or est extrait en Guyane depuis presque deux cents ans.

Il y a deux sources d’extraction : soit à partir des alluvions des rivières, soit directement dans la roche. Il existe des sociétés officielles, qui exploitent légalement des gisements, mais également des milliers d’orpailleurs clandestins. Généralement originaires du Brésil ou du Surinam, ils fuient la misère par appât du gain. En effet, même si la plupart sont miséreux, ils peuvent espérer obtenir de quoi nourrir leurs familles et, dans tous les cas, gagner davantage qu’en restant dans leur pays.

Les conséquences pour la nature sont désastreuses. En effet, cette extraction illégale engendre de la déforestation et la pollution des rivières et des sols. Or, cette partie de la forêt amazonienne est riche d’un formidable écosystème. Des centaines de militaires et de gendarmes patrouillent donc dans cette immense forêt pour arrêter ce trafic.

Une opportunité économique

Comme le précédent projet, l’idée est de ne pas laisser les seuls orpailleurs illégaux profiter de l’or de Guyane. En effet, ce département français est pauvre et souffre d’un fort chômage. Une activité économique supplémentaire serait donc bienvenue. Baptisé « Espérance », ce projet de mine à ciel ouvert serait mis en œuvre par une grosse société américaine. Elle projette l’extraction de 20 millions de tonnes de roches pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 kilomètre de longueur. Elle espère y trouver 65 tonnes d’or. Mais le chemin est encore long, car cette mine a de nombreux adversaires, qui craignent des effets négatifs sur l’environnement. Nul doute que la société minière devra convaincre que l’impact de sa mine ne remet pas en cause l’écosystème local. 

Julien Magne

Actuailes n° 115 – 6 mai 2020




Imprimer