facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Qu'est ce que la maladie du cauchemar ?

Qu'est ce que la maladie du cauchemar ?

08-02-2022 à 14:57:00

Le congrès de l’Encéphale 2022 (une assemblée médicale qui traite des sujets d’actualité médicale concernant le cerveau) a vu l’intervention du Dr Maruani, médecin du sommeil, au sujet de la « maladie du cauchemar ».

Le cauchemar est un rêve désagréable, qui peut réveiller une personne, met en jeu sa vie et sa sécurité, et dont il se souvient au réveil. Il peut arriver à n’importe quel âge, et il est en général parfaitement bénin, mais, s’il devient trop fréquent, envahissant, avec un retentissement sur le sommeil, l’humeur, la qualité de vie des gens, alors on parle de « maladie du cauchemar ». Il semblerait que cette maladie touche environ 5 % des adultes.

Elle peut être liée à d’autres pathologies, comme le syndrome de stress post-traumatique (une angoisse importante quand on a vécu un événement brutal et difficile), la dépression dont nous avons parlé récemment
(
cf. Actuailes n° 139), ou encore le syndrome d’apnées du sommeil (le fait de faire des pauses respiratoires la nuit). Le fait de prendre certains médicaments ou de la drogue peut aussi provoquer la maladie du cauchemar, mais parfois il n’y a aucune cause.

On parle de maladie aiguë si elle dure depuis moins d’un mois, chronique si cela fait plus de six mois. La maladie est considérée comme sévère s’il y a plus d’un cauchemar par semaine. Elle peut avoir des conséquences graves sur l’humeur des patients, la fatigue ou la dépendance à des médicaments.

Le traitement nécessite d’abord de prendre en charge les causes qu’on peut soigner : arrêter certains médicaments, une opération pour les apnées du sommeil, etc., puis il convient de pratiquer une psychothérapie, dont la plus efficace est de traiter par répétition d’imageries mentales positives ou RIM.

Elle permet de diminuer le nombre et la détresse provoquée par les cauchemars. Il s’agit de « restructuration cognitive et comportementale » : on considère que les cauchemars sont appris par le patient et deviennent automatiques à force d’être répétés. On considère aussi qu’ils sont liés à ce qu’on a vécu dans la journée. Le but de la RIM est de modifier les cauchemars en insérant des choses positives que l’on fait apprendre au cerveau pour remplacer ce qui est effrayant. On demande donc au patient de réécrire un scenario positif de son rêve où les choses se passent bien et de s’entraîner à le « voir », en utilisant aussi des bruits et des odeurs par exemple, ou des sensations.

À force de répéter tous les jours cet entraînement, et avec des séances de suivi seul ou en groupe, on parvient en un mois à empêcher ces cauchemars envahissants. (On se croirait un peu dans un film de science-fiction !)

Il existe d’autres psychothérapies qui marchent également, mais la RIM est la plus efficace.

Alors, faites de beaux rêves !

Dr Anne-Sophie Biclet

Actuailes n° 142 - 9 février 2022


2 votes


Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire