facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L'or du crime

L'or du crime

16-11-2021 à 21:39:26

Chaque année, les criminels du monde entier gagneraient entre 1 000 et 2 000 milliards d’euros. Enquête sur leurs formidables profits.

Les trafics

Les activités criminelles sont nombreuses et variées : drogue, trafic d’armes ou d’êtres humains, piratage informatique et vol. Elles sont gérées par des organisations appelées gangs ou mafias. Même si chaque pays compte ses propres mafias, certaines sont plus puissantes que d’autres : italienne, russe, mexicaine ou albanaise. Elles opèrent généralement dans plusieurs pays, comme pour la drogue, par exemple, qui part d’Amérique du Sud pour aller en Europe ou aux États-Unis. L’argent coule donc à flot, mais un problème se pose aux criminels : comment faire pour que des euros gagnés illégalement puissent être utilisés légalement ? Cela s’appelle le blanchiment.

Le blanchiment

Pablo Escobar, un trafiquant de drogue colombien très connu, gagnait environ 400 millions d’euros par semaine. Il rencontrait toutefois un problème : une partie de ses billets étaient mangés par les rats, soit environ deux milliards perdus chaque année. Pour éviter ce genre de mésaventure, les criminels font désormais appel à des banquiers et des avocats pour transférer leur argent vers des paradis fiscaux (voir Actuailes n° 136). Ils vont créer de fausses entreprises ou utiliser de faux noms pour récupérer ensuite leur argent. Les systèmes sont très perfectionnés pour échapper à la police. Une fois l’argent touché, il sert à acheter des voitures ou des bateaux de luxe, de l’or ou des immeubles. Les petits criminels vont utiliser des « lessiveuses » plus simples et proches de chez eux, comme les restaurants, les casinos ou des appartements, achetés en argent liquide ou par des amis. Enfin, rien n’empêche d’acheter des bitcoins (voir Actuailes n° 133).

Comment lutter ?

La police surveille ces transferts d’argent sale. Mais il est très difficile de lutter contre, car les outils financiers actuels sont tellement complexes qu’ils permettent de cacher beaucoup de choses. Les criminels disposent de banquiers très performants et parfois de complicités politiques, policières ou judiciaires. Cependant, le principal moyen de lutte ne serait-il pas l’action auprès des consommateurs ? En effet, tant qu’il y aura des personnes pour se droguer, il y aura des criminels pour leur fournir la drogue. Tant qu’il y aura des restaurants pour embaucher à petit salaire des migrants, il y aura des organisations criminelles pour faire du trafic d’êtres humains. Et, finalement, c’est peut-être une bonne nouvelle, car la solution pour lutter efficacement contre l’argent sale n’est pas compliquée. Elle est même à portée de main. Encore faut-il en avoir envie…

Actuailes n° 137 - 17 novembre 2021

 


5 votes


Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire