facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Et surtout bonne santé !

Et surtout bonne santé !

11-01-2016 à 15:02:33

En cette période de vœux, il est habituel de souhaiter à nos proches une bonne santé pour l’année qui commence. Pour la plupart des gens, il s’agit de passer entre les gouttes des différents accidents ou épidémies de l’année. Mais pour beaucoup d’enfants et d’adolescents que nous, médecins, rencontrons à l’hôpital, être en bonne santé est un combat quotidien, avec ses traitements, ses échecs et sa nécessaire patience. Il existe de nombreuses maladies chroniques (dont on ne guérira pas) qui peuvent se déclarer dès l’enfance, comme certaines maladies auto-immunes (où l’on fabrique des anticorps, des défenses contre son propre corps) : le diabète, par exemple, maladie qui empêche l’organisme de fabriquer de l’insuline. Cette hormone est nécessaire, car c’est elle qui fait entrer le sucre dans nos cellules qui ne peuvent s’en passer, et, lorsque elle manque, le sucre s’accumule dans le sang, provoquant de nombreux effets indésirables tandis que l’organisme n’a plus d’énergie pour fonctionner. Les jeunes diabétiques doivent donc s’injecter trois fois par jour de l’insuline, veiller à ne pas consommer trop de sucres rapides (bonbons, chocolats etc.) comme leurs amis, et à ne pas non plus risquer d’être en manque de sucre (hypoglycémie), au risque de faire un malaise.

Autre exemple de maladie auto-immune, la maladie de Crohn qui s’attaque à la paroi de l’intestin, provoquant des douleurs, des diarrhées, des complications chirurgicales. Cette maladie qui est imprévisible et évolue par à-coup, nécessite elle aussi des traitements quotidiens, parfois une alimentation particulière, et des hospitalisations imprévues qui peuvent rendre difficiles le suivi scolaire. Il existerait bien d’autres exemples, du plus simple (comme l’asthme) au plus difficile (comme la mucoviscidose) de maladies qui rendent le quotidien incertain pour bien des adolescents qui nous entourent. Ils n’en disent souvent rien, par crainte de se faire remarquer, par désir de partager le plus possible des relations et une vie normale avec les autres. Pour eux, une bonne santé en 2016 impliquera un petit ou un grand combat quotidien, et souvent une vraie maturité. Plus que de souhaits, ils auront besoin de camarades et de médecins attentifs pour être à leurs côtés.

Bonne année à tous !

 

Anne-Sophie Biclet




Imprimer