facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le racisme et l’antisémitisme, circonstances aggravantes…

Le racisme et l’antisémitisme, circonstances aggravantes…

13-10-2015 à 22:27:36

Le 8 octobre 2015, François Hollande a déclaré « la République ne connaît pas de races ni de couleurs de peau » et a annoncé pour la fin de l’année un nouveau texte de loi qui disposera que « toute inspiration raciste ou antisémite constitue une circonstance aggravante pour une infraction ».

 

Si ce texte est voté, cela signifiera qu’une infraction (c’est-à-dire une violation du code pénal comme, par exemple, le vol, l’escroquerie, le meurtre ou l’agression) pourra être punie plus sévèrement par les tribunaux dès que les juges auront constaté que cette infraction a été commise avec une idée raciste ou antisémite, c’est-à-dire soit en considération de l’origine géographique ou culturelle de la victime, soit plus particuliè-rement en raison de sa religion juive.

L’annonce de François Hollande n’est pas nouvelle puisqu’il avait déjà annoncé ce texte au lendemain des attentats de Charlie Hebdo. Cette fois-ci, notre président a profité des propos polémiques de Nadine Morano1 qui avait déclaré que « la France est un pays de race blanche » pour remettre au cœur de l’actualité son souhait de faire de « l’inspiration raciste ou antisémite une circonstance aggravante ».
François Hollande n’a pas visé directement Nadine Morano, mais a plutôt rappelé la période des années 1930, marquée par l’indifférence des peuples en Europe face à la montée du nazisme, pour souligner que les comportements racistes apparaissaient souvent à travers le langage avant de se matérialiser dans un second temps par des actes. Selon lui, cette loi serait donc le moyen de lutter contre le racisme.

Sur le fond, il est difficile de ne pas être d’accord avec une telle mesure. Comment ne pas souhaiter sanctionner plus fortement une personne qui veut porter atteinte à une autre personne en raison de sa religion ou de ses origines ?
Mais beaucoup se posent déjà la question de l’efficacité d’une telle loi et surtout de la vraie raison pour laquelle François Hollande a fait cette annonce.

D’abord, il faut savoir que le racisme ou l’antisémitisme sont déjà des infractions qui peuvent donner lieu à des condamnations. Cette loi ne permettra donc pas de pallier une absence de sanction contre un comportement inacceptable.

Ensuite, les juristes (juges, avocats, professeurs de droit) reprochent déjà aux gouvernements passés et actuels d’avoir fait voté tellement de lois – souvent mal rédigées car faites dans l’urgence pour réagir à un fait divers –, qu’il devient difficile de les connaître, de les faire appliquer et d’en tirer une quelconque efficacité.

Par ailleurs, on peut reprocher à François Hollande de ne pas apporter une vraie réponse au problème du racisme ou de l’antisémitisme en France et de se cacher derrière cette nouvelle loi qui lui permettra de déclarer qu’il a agi contre le racisme en France, mais qui ne permettra certainement pas de faire changer les mentalités.

En réalité, au lieu d’essayer de comprendre d’où vient la source de ce comportement, au lieu de tenter d’apporter un discours de vérité et d’avoir le courage de faire face à un débat qui est certes difficile mais nécessaire, François Hollande se contente d’annoncer une loi qui ne dissuadera certainement pas les gens d’avoir des idées racistes et qui sera sûrement difficile à appliquer.

Enfin, ce qui est reproché à François Hollande, c’est de donner l’impression que ses déclarations ne sont pas innocentes en terme de « calcul électoral »…
En effet, il semble que chaque annonce soit désormais dictée par son souhait de gagner ou regagner telle ou telle catégorie d’électeurs. François Hollande est-il reparti en campagne ?

 

1. Femme politique, membre du parti Les Républicains.

 




Imprimer