Logo
Allergique au boulot…

Allergique au boulot…

25-04-2017 à 22:32:03

Depuis que la température se radoucit (on aimerait bien, en tout cas…), que le soleil revient et qu’avril a commencé, il ne se passe pas une journée aux urgences sans que des enfants soient amenés pour une gêne respiratoire, une toux importante ou même une vraie crise d’asthme. Pourtant la grippe a disparu et les bronchites sont plutôt liées au froid (comme nous l’avons vu, Actuailes n° 44), alors ? Alors, comme près de 25 % des Français, ces enfants sont atteints de rhinite pollinique, une réaction allergique au pollen.

 

La réaction allergique est le fait de déclencher une réponse inflammatoire et immunitaire (des défenses de l’organisme) contre une substance qui ne représente pas un danger pour celui-ci. Lorsqu’il s’agit d’une allergie bénigne, les cellules en contact avec l’allergène (la molécule contre laquelle le corps réagit) sont irritées, œdématiées (gonflées), et on ressent un « prurit » (ça démange). C’est une réaction a priori bénigne (et gênante), mais les pollens qui sont en contact avec la muqueuse du nez et aussi des bronches peuvent provoquer dans celles-ci une réaction asthmatique : les muscles qui entourent les bronches se contractent et, en diminuant leur diamètre, empêchent de respirer correctement. On entend « siffler » à l’expiration de l’air. Cette conséquence est évidemment plus sérieuse que de se moucher ou d’avoir les yeux irrités !

Dès janvier peuvent apparaître des pollens d’arbre dans le sud de la France, notamment de cyprès en avril-mai ; jusque dans le Nord, on retrouve des pollens de bouleau et de platane, les trois arbres cités étant les plus allergisants. Mais certaines fleurs ou céréales (en particulier les graminées ou l’ambroisie) ont aussi des pollens très allergisants qui circulent de mai à octobre environ. Les réactions sont aggravées par la présence de pollution atmosphérique, par l’usage du tabac ou l’irritation des muqueuses avant le contact. Le réchauffement des températures provoque l’allongement de la saison des pollens et l’augmentation de leur concentration dans l’air.

Quand les symptômes débutent (yeux rouges, toux, nez qui coule), il faut aller consulter un médecin, les allergies même bénignes pouvant entraîner une grande fatigue pendant ces quelques mois de pollinisation et il faut être sûr de ne pas avoir une réaction asthmatique. Enfin, il est intéressant de savoir que les réactions aux pollens peuvent provoquer des allergies à certains fruits, c’est ce qu’on appelle une « allergie croisée ».

Pour prévenir ces réactions, il est utile de se rincer les cheveux avant de dormir, de fermer les fenêtres de la voiture en circulant, aérer sa chambre tôt le matin et éviter de sécher le linge à l’extérieur. Pour l’allergie au boulot, attendre les vacances…

 

Actuailes n° 68 – 26 avril 2017

 




Imprimer