Logo
Amour fraternel

Amour fraternel

29-11-2017 à 06:36:01

L’équipe du professeur Mimoun, chef de service des brûlés à l’hôpital Saint-Antoine de Paris, vient d’annoncer les résultats d’une aventure extraordinaire qui a commencé il y a un peu plus d’un an.

En septembre 2016, Franck, un jeune homme d’une trentaine d’années, est victime d’un accident de travail lorsqu’un liquide qu’il manipule prend feu et le brûle sur 95 % de sa surface corporelle : la gravité d’une brûlure se mesure à la fois à la surface touchée (plus elle est importante et plus les conséquences sont sérieuses) et à la profondeur de la brûlure (le premier degré, c’est un simple coup de soleil, au troisième degré toute la peau est détruite). Le problème d’une grande brûlure est que la peau sert à la fois de barrière contre les infections et qu’elle retient l’eau et ce qu’elle contient dans notre corps. Quand cette barrière est trop abîmée, on peut mourir d’infection ou de déshydratation. Avec 95 % de la surface du corps brûlée, Franck n’avait aucune chance de survie.

Mais il se trouve que Franck a un frère jumeau homozygote : cela veut dire un « vrai » jumeau, qui a exactement les mêmes chromosomes que lui. Ils ont donc des cellules tout à fait identiques. C’est essentiel dans ce cas, car nos cellules ont des sortes de marqueurs à leur surface qui leur permettent de se reconnaître entre elles. Si une cellule différente pénètre dans le corps, elle est tout de suite reconnue et détruite par nos défenses. Dans le cas de Franck, comme leurs cellules sont identiques, son frère a pu donner des morceaux de sa peau pour sauver son jumeau. On a donc prélevé des morceaux très fins pour laisser le moins de cicatrices possibles au donneur, sur les cuisses, le dos et le cuir chevelu (ça n’empêche pas les cheveux de repousser !). Puis on les a greffés à Franck, en plusieurs étapes, et les cellules de la peau se sont ensuite multipliées pour recouvrir toutes les zones brûlées.

La vie de Franck a donc pu être sauvée grâce à cette première greffe : la plus importante réalisée de cette façon. Jusqu’ici les greffés avaient en moyenne 45 % de surface corporelle atteinte. Le Pr Mimoun et l’équipe de réanimation qui a entouré Franck ont témoigné de l’incroyable présence et motivation de la famille et des amis de Franck pour l’aider à guérir.

Anne-Sophie Biclet

 

Actuailes n° 77 – 29 novembre 2017




Imprimer