Logo
C’est arrivé le … 25 octobre 732 La bataille de Poitiers

C’est arrivé le … 25 octobre 732 La bataille de Poitiers

16-10-2016 à 19:01:25

En ce début du VIIIe siècle, le royaume des Francs est menacé par une nouvelle invasion : les Arabes, venus du lointain Moyen Orient par la mer puis par l’Espagne, envahissentle sud de la Gaule et remontent vers le Nord. Qui pourra les arrêter dans cette progression qui semble inexorable ?

 

Conduit par leur chef Abd al-Rahman ibn Abd Allah, les musulmans franchissent les Pyrénées, s’emparent de Bordeaux. Ils ravagent les villes et les villages de la grande province d’Aquitaine (cette région s’étend alors du sud de la Loire aux Pyrénées et est placée sous l’autorité du duc Eudes). Les armées du duc d’Aquitaine sont totalement bousculées et rien ne semble pouvoir arrêter cette invasion. En cet automne 732, les musulmans brûlent Saint-Hilaire-de-Poitiers et sont sur le point de s’emparer de Tours.

Le duc Eudes ne sait plus comment endiguer la ruée ennemie. Il est donc contraint de faire appel à son grand rival du Nord, le duc Charles, maire du Palais.

En ce temps de décadence de l’autorité des rois mérovingiens, c’est en effet le maire du Palais – une sorte de Premier ministre – qui exerce réellement le pouvoir. Et Charles, homme de caractère et de farouche volonté, l’exerce avec une énergie sans pareille !

L’armée du duc Charles, qui rassemble des Francs, des Burgondes, des Gaulois et des Alamans, rencontre alors les troupes arabes aux environs de Poitiers. Les deux armées se font face pendant plusieurs jours. Finalement, le 25 octobre, à court de vivres, les Arabes se décident à attaquer. Tous leurs assauts se brisent contre la muraille de fer des cavaliers francs du duc Charles. Le sort de la bataille est indécis tout au long de la journée. Mais Abd al-Rahman est tué à la tête de ses guerriers ; c’est le tournant de la bataille. Les musulmans prennent la fuite et évacuent le sud de la Gaule.

Le royaume est sauvé, et à travers lui la chrétienté. Le duc Charles gagne, lors de cette bataille, le surnom de « Martel », tant il a, au cours du combat, frappé comme avec un marteau. Il a également imposé son autorité sur le sud du royaume, reçu la soumission d’Eudes d’Aquitaine et préparé la voie du pouvoir pour sa famille carolingienne… et pour son petit-fils Charlemagne !

Actuailes n°58 – 19 octobre 2016




Imprimer