Logo
Forêt, chasse et patrimoine

Forêt, chasse et patrimoine

14-02-2018 à 06:59:52

Actuailes part sur les traces d’Étienne Guillaumat, directeur de la chasse et de la forêt dans les domaines nationaux de Chambord et Rambouillet, afin de découvrir son métier.

 

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Je suis passionné de nature et de chasse depuis mon enfance. Après une carrière d’officier dans l’armée de terre, j’ai eu la chance de trouver un métier en lien avec cette passion.

En quoi consiste votre fonction ?

Mes missions sont saisonnières et extrêmement diversifiées.

J’organise l’accueil du public dans cette réserve nationale de chasse et de faune sauvage de 5 440 hectares où vivent cerfs, sangliers, chevreuils et bien d’autres animaux.

Je participe à des programmes scientifiques en partenariat avec de nombreux instituts de recherche, des laboratoires ou des universités. J’assure le suivi des espèces protégées et l’entretien des milieux sensibles de ce réservoir de biodiversité unique, la gestion forestière et l’entretien des 300 km de routes forestières et des 32 km de murs classés du domaine, ainsi que la gestion piscicole et cynégétique1, l’organisation de battues et de tirs de sélection. Je valorise les produits issus du domaine et participe aux événements culturels en forêt ; je recherche des mécènes, etc.

La dimension « relations publiques » du job est une constante de la plupart de ces missions et la chasse y tient une place toute particulière, à la fois en termes de communication, de sensibilité politique et de rayonnement international.

 

Quelles sont les qualités requises pour ce travail ?

Il faut beaucoup d’humilité, surtout lorsque les compétences techniques (notamment forestières, dans mon cas) font défaut, une vraie disposition au relationnel, une ouverture d’esprit et une passion pour les sciences naturelles et le patrimoine en général.

Il faut aussi savoir être meneur d’hommes, aimer l’organisation d’événements, la gestion de projets et le marketing.

Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ?

C’est un véritable métier passion. Il me permet de répondre à l’aspiration naturelle d’officier de demeurer au service de la France, que Chambord représente d’une manière éclatante. Mon état d’officier de l’armée de terre est notamment visible lors de réceptions d’importantes personnalités françaises ou étrangères, ce qui contribue de surcroît au rayonnement de l’institution militaire. 

Vous êtes devenu directeur de la chasse et de la forêt après une expérience professionnelle, pouvez-vous nous dire quelles sont les autres voies pour faire ce métier ?

La voie naturelle qui conduit à ce type de métier est un concours d’ingénieur (Agro Paris Tech ou Polytechnique) et l’école d’application forestière (ENGREF).

 

 

 

 

Gaëlle Iordanow

 

 

Actuailes n° 81 – 14 février 2018

 

 

 

 

 

 

 

 




Imprimer