Logo
Glissement de terrain dans une décharge à Addis-Abeba

Glissement de terrain dans une décharge à Addis-Abeba

22-03-2017 à 07:16:55

Le samedi 11 mars 2017, un glissement de terrain a fait au moins cent treize victimes dans la capitale de l’Éthiopie.

 

Un flanc de la principale montagne de déchets s’est subitement détaché et a emporté des habitations de fortune des résidents de la décharge de Koshe, qui signifie «saleté» en argot amharique, la principale langue du pays.

Au moins cent treize personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées par l’éboulement des ordures de la plus grande décharge du pays, située en périphérie de la capitale Addis-Abeba. Selon les voisins de la décharge, cet effondrement est dû à des travaux d’aplanissement au sommet de la montagne de déchets, dans le cadre de la construction d’une centrale au biogaz exploitant les ordures. Les travaux auraient accentué la pression sur les flancs de la colline, entraînant l’éboulement.

Déjà en 2016 au Bénin, au moins seize personnes avaient été tuées par une explosion dans une décharge de la banlieue de Cotonou, où des riverains tentaient de récupérer de la farine avariée que venait de déposer une entreprise avant d’y mettre le feu.

Ces drames illustrent à la fois la pauvreté du continent et la croissance anarchique des villes d’Afrique chaque jour plus peuplées.

 

L’Éthiopie

L’Éthiopie est un grand pays montagneux de l’est de l’Afrique. La capitale Addis-Abeba est située à 2 400 m d’altitude. Ses presque 100 millions d’habitants parlent l’amharique.

Héritier de l’ancienne Abyssinie, à l’histoire prestigieuse, le pays, ravagé au cours des vingt-cinq dernières années par les guerres et les famines, compte aujourd’hui parmi les plus pauvres du monde.

 

L’Éthiopie est en effet l’une des plus vieilles nations d’Afrique. Pendant plus d’un millénaire elle fut un empire avec à sa tête un négus (titre de noblesse éthiopien équivalent de roi). Haïlé Sélassié, le dernier Négus, fut démis du pouvoir en 1974 par un coup d’état militaire et communiste.

L’Éthiopie est l’un des rares pays africains à avoir conservé sa souveraineté lors du partage colonial au XIXe siècle : de ce fait, ses couleurs symbolisent souvent l’Afrique et ont été adoptées par plusieurs autres États africains, dans des configurations différentes.

C’est aussi en Éthiopie qu’a eu lieu en 1974 la découverte du squelette d’une femelle australopithèque, vieux de 3,2 millions d'années, baptisé Lucy, par une équipe de chercheurs dont le Français Yves Coppens.

 

Topaze

 

Actuailes n° 66 – 22 mars 2017

 

 

 

 

 

 




Imprimer