facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Immigration clandestine

Immigration clandestine

04-05-2015 à 14:07:44

Dans Actuailes n° 24, nous vous parlions déjà de l’immigration clandestine venue d’Afrique en passant par la Méditerrannée. Entre temps, la situation n’a fait qu’empirer, et depuis           le printemps 2015, le nombre d’arrivées de clandestins bat chaque jour un nouveau record.  

Le même scénorio se répète à l’infini : les bateaux de clandestins – cargos, chalutiers, barques  sont volontairement surchargés, puis abandonnés par les trafiquants arabes qui appellent alors les navires italiens les plus proches. Ceux-ci sont obligés de venir secourir les clandestins sous peine d’être accusés de non-assistance à personne en danger.

Tous les immigrés sont ensuite emmenés en Italie. Celle-ci, abandonnée par ses partenaires européens, s’empresse alors de leur faire prendre le train vers la France, l’Angleterre, l’Allemagne et la Suède. Là, les clandestins demandent le statut de réfugié et attendront quelques années avant d’obtenir des papiers et le droit de faire venir leurs familles d’Afrique.

Les médias d’Europe accusent leurs gouvernements de ne pas assez aider l’Afrique et d’être même responsables des drames que vivent les clandestins. Lorsque sept cents d’entre eux sont morts dans un naufrage en avril, les médias se sont scandalisés du fait que l’Europe n’accueille pas plus de clandestins pour leur éviter les dangers de la traversée.

Du côté politique, l’ambiance est au défaitisme : dans un continent en pleine crise économique, identitaire et morale, les dirigeants européens se déchirent sur le nombre de clandestins qu’ils vont devoir accueillir chez eux. Mais cette immigration est pour eux inévitable à cause de l’explosion démographique africaine et ils ont décidé de tripler les secours en mer – donc le nombre de clandestins amenés en Europe.

Le 13 mai prochain, la Commission de l’UE proposera également un plan pour faciliter l’immigration économique légale d’Afrique vers l’Europe, son président J.-C. Juncker ayant déclaré : « Si nous fermons les portes, les migrants entreront par effraction par les fenêtres ».

Rien n’est en revanche prévu pour lutter contre les trafiquants, pour rapatrier vers l’Afrique les clandestins arrivés ces dernières années ni pour stopper ceux qui vont arriver. L’État islamique a en effet annoncé qu’il se préparait à « envoyer 500 000 migrants vers l’Europe » ce que confirme l’agence Frontex, censée défendre les frontières de l’UE : « Entre 500 000 et 1 million de migrants attendent sur les côtes libyennes de pouvoir traverser la Méditerranée ».

L’ampleur de ce mouvement migratoire, le refus des Européens de l’endiguer à cause des cas de conscience qu’il leur pose et les graves problèmes politiques qu’il provoque... Tout était prophétisé il y a quarante ans déjà dans Le Camp des Saints, ce best seller de Jean Raspail décrivant la fin de l’Europe submergée par des millions d’immigrants affamés, venus du Tiers Monde sur des milliers de bateaux...

En conclusion, une fois la compassion dépassée, les questions auxquelles doivent faire face nos gouvernants sont nombreuses : l’Europe est-elle en mesure d’accueillir dignement ces clandestins ? Leur exode ne contribue-t’-il pas à l’affaiblissement de leurs pays d’origine ? Ne doivent-ils pas demander leur avis aux citoyens européens ? Le développement de l’Afrique n’est-il pas la solution à cette crise ? Espérons que les chefs d’État européens soient à la hauteur des enjeux qui engagent leurs populations pour les décennies à venir.




Imprimer